/news/politics
Navigation

Les «trois amis» Biden, Trudeau et Lopez Obrador rivalisent d’amabilité, malgré les contentieux

Une première rencontre en cinq ans pour le Canada, les États-Unis et le Mexique

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON D.C. | Le Canada et le Mexique n’ont pas réussi à convaincre leur voisin américain de renoncer à un nouveau programme favorisant l’achat de véhicules électriques exclusivement fabriqués aux États-Unis. 

• À lire aussi: Un élu républicain se mêle du débat sur le français

• À lire aussi: Front commun canado-mexicain contre Biden

• À lire aussi: Biden demande une enquête sur les hausses de prix de l'essence

« Ça fait plusieurs mois maintenant qu’on souligne l’enjeu qui nous préoccupe par rapport au crédit pour les véhicules électriques qui seraient seulement faits aux États-Unis. On a souligné à quel point ça serait un grand problème pour la production d’auto au Canada », a affirmé, hier soir, le premier ministre canadien Justin Trudeau au sortir du sommet des « trois amigos » qui se déroulait depuis trois jours à Washington.

L’industrie automobile nord-américaine est extrêmement intégrée. Au cours de la fabrication de voitures, les pièces et composants automobiles traversent les frontières mexicaine, américaine et canadienne plusieurs fois avant d’être assemblés dans l’un des pays partenaires.   

  • Écoutez le correspondant de TVA Nouvelles à Washington, Richard Latendresse avec Benoît Dutrizac sur QUB Radio:   

Mais l’administration de Joe Biden entend clairement favoriser les emplois syndiqués aux États-Unis.

Crédit d’impôt qui fait peur

Le Canada et le Mexique sont tous deux préoccupés par un crédit d’impôt de 12 500 $ pour l’achat de véhicules électriques faits entièrement aux États-Unis, que propose l’administration Biden.

AFP

M. Trudeau a toutefois vanté les discussions « extrêmement positives et productives » qu’il a tenues non seulement avec M. Biden, mais avec d’autres importants dirigeants du Parti démocrate. 

Il a aussi vanté le sous-sol canadien, riche en minéraux cruciaux pour le secteur automobile, comme le cobalt, le nickel, ou le lithium. 

AFP

M. Biden n’a pas daigné aborder la question devant les journalistes, même s’il en fut question en privé. 

  • Écoutez Jean-François Lisée et Thomas Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio :

Une industrie aussi aux États-Unis

Il faut dire que les États-Unis ont aussi des idées de grandeur pour cette industrie porteuse d’avenir.  

Pendant que les délégations canadienne et mexicaine se trouvaient à Washington, le président américain s’est rendu à Détroit, mercredi pour visiter une usine de General Motors transformée de fond en comble pour la production de véhicules électriques. 

Qui plus est, l’adoption récente d’une enveloppe de 1200 milliards de dollars américains pour des projets d’infrastructures inclut, entre autres choses, la création d’un réseau panaméricain de bornes de recharges de véhicules électriques.

Pour le Canada, l’enjeu est de taille étant donné l’importance du secteur qui représente 135 000 emplois directs et plus de 500 000 indirects.

–Avec AFP

À VOIR AUSSI: