/news/education
Navigation

Des écoles «en fin de vie utile»

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves des écoles primaires de la Petite-Rivière, à Shawinigan, et de Notre-Dame, à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, pourront bientôt dire adieu à leurs salles de classe. Les locaux des deux bâtiments seront démolis, puis reconstruits, selon la vision gouvernementale pour une «nouvelle génération d’écoles».

Les deux instituts situés en Mauricie sont vétustes. Celui à Shawinigan doit entre autres composer avec des sections de plancher qui lèvent, des problèmes de chauffage et d’isolation, mais surtout de toiture. La situation est semblable à Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

Sur 12 projets retenus par Québec en province, deux des écoles à reconstruire appartiennent au Centre de services scolaire de l’Énergie. Ça représente un investissement de plus de 30 millions de dollars.

L’objectif est d’offrir un milieu d’apprentissage sécuritaire, moderne et adapté aux besoins des élèves. C’est ce qu’ont annoncé la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, et le directeur général du CSS de l’Énergie, Denis Lemaire.

«C’est une joie immense qu’on se retrouve à avoir. C’est quelque chose qu’on espérait depuis quelques années», s’est réjoui le directeur de l’école de la Petite-Rivière, François Thiffault.

Lorsque la nouvelle a été annoncée dans les salles de classe, l’excitation était à son comble. Les jeunes sont ravis et impatients de découvrir le résultat du projet.

En 2019, des structures ont même été ajoutées sur l’un des côtés de l’école à Shawinigan pour soutenir le toit. Il menaçait de s’effondrer en raison de grandes accumulations de neige mélangées au verglas. De mars à juin, les élèves et le personnel de l’école avaient même été évacués.

Les locaux aussi ont besoin de réparations régulières. En estimant les coûts, c’est là qu’une reconstruction devient plus intéressante, a fait valoir M. Thiffault.

Chaque année, les travaux sont à recommencer. La sécurité des enfants est au cœur des priorités du personnel, a affirmé la directrice de l’école Notre-Dame, Nathalie Roy.

Pendant que de plus en plus de familles s’installent à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, la demande ne fait que grandir au niveau de l’école primaire. Même si huit nouvelles classes et un gymnase ont été inaugurés en 2020, les locaux sont remplis au maximum de leur capacité.

«J’ouvre à peu près une classe par année», a ajouté Mme Roy.

Selon le maire de la ville, Luc Dostaler, près d’une cinquantaine de nouvelles résidences ont été acquises cette année. Le nombre pourrait continuer d’augmenter puisque l’école deviendra beaucoup plus attrayante pour les familles avec des jeunes en bas âge, a-t-il renchéri.

Durant les travaux, qui devraient s’amorcer à l’hiver 2023, les élèves ne seront pas bien loin des chantiers. En attendant que les nouveaux locaux soient prêts, les classes pourront se tenir dans la cour extérieure ou dans le stationnement; dans un autre bâtiment, a assuré M. Lemaire.

Une classe sera ajoutée à l’école de la Petite-Rivière, pour un total de neuf classes fraîchement construites. L’école Notre-Dame comptera quant à elle un total de 23 classes, dont 14 qui seront complètement rénovées. 

Les petits devraient parcourir les nouveaux couloirs pour la rentrée 2024.