/opinion/columnists
Navigation

Trump de retour en 2024?

Trump de retour en 2024?
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que vous vous êtes ennuyé de Donald Trump ? Préparez-vous, car on n’a pas fini d’entendre parler de lui.

Les militants démocrates qui ont choisi Biden comme candidat voulaient bloquer la voie à Bernie Sanders, trop à gauche pour être élu.

  • Écoutez la chronique de Joseph Facal avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Les Américains qui ont appuyé Biden savaient qu’ils ne votaient pas pour un monument intellectuel et politique.

Ils aspiraient à un retour au calme, à la normalité, à la décence.

Chicane

Bref, les attentes à l’endroit de Biden étaient modestes.

Mais même ces attentes sont déçues.

Non seulement l’homme montre des signes évidents de sénilité, mais la chicane, la vraie, règne parmi les démocrates.

La COVID a épuisé la population. L’inflation est de retour. Les armes à feu sont partout.

Est-ce trop demander que le parti au pouvoir se concentre sur ce qui préoccupe le monde ordinaire ?

Apparemment, oui.

Une bruyante minorité woke au sein du parti démocrate trouve plus important d’enlever les statues d’Abraham Lincoln et de définancer la police.

Les élections de mi-mandat de l’an prochain se présentent mal pour les démocrates.

Ce n’est pas inhabituel, mais une perte de la majorité démocrate à la Chambre des représentants paralyserait totalement l’agenda de Biden.

Pire, les mutations démographiques en cours n’annoncent rien de bon pour les démocrates.

Depuis des lunes, ils perdent des appuis dans les régions rurales et gagnent des appuis dans les grandes villes.

Le problème est qu’un électorat concentré dans des villes que vous remportez par des majorités écrasantes vous donne peu de sièges.

Le vote républicain est moindre au niveau national, mais il est réparti d’une façon qui maximise le nombre de sièges.

De plus en plus, l’électorat avec un diplôme universitaire est démocrate et l’électorat non diplômé est républicain.

Or, il y a et il y aura toujours un beaucoup plus grand nombre de non-diplômés.

Les démocrates ont longtemps cru que les minorités ethniques faiblement éduquées pourraient contrebalancer cela.

Mais les Hispaniques non éduqués se tournèrent vers Trump dans des proportions étonnantes en 2020.

Pendant ce temps, le parti républicain est plus que jamais sous la férule de Trump.

Il a non seulement la mainmise sur l’appareil, mais l’électorat républicain ne donne aucun signe de vouloir s’éloigner de lui. Tout le contraire.

Un récent sondage du Marist College pour NPR et PBS montre à quel point les sympathisants républicains ont avalé son délire.

Deux républicains sur trois disent avoir peu ou pas confiance que les élections sont justes.

Trois républicains sur quatre pensent que Trump a eu raison de contester les résultats de l’élection de 2020.

Un républicain sur trois seulement dit qu’il aura confiance dans les résultats de 2024 (contre 82 % des électeurs démocrates).

Imaginez

Tout cela dessine un scénario qu’on pourrait résumer ainsi :

Trump semble avoir très envie d’être candidat et on voit mal quel républicain pourrait lui ravir l’investiture.

S’il gagne, il voudra se venger.

S’il perd, il criera à la fraude, et la majorité de ses électeurs le croiront.

Imaginez.