/portemonnaie
Navigation

Un propriétaire augmente le montant du loyer parce qu'il a beaucoup de visites: est-ce légal?

Un propriétaire augmente le montant du loyer parce qu'il a beaucoup de visites: est-ce légal?

Coup d'oeil sur cet article

Un propriétaire d'appartements qui annonçait un logement sur Marketplace aurait augmenté de près de 19% le prix d'un loyer après avoir constaté un grand intérêt pour les visites de logement, ce qui en a choqué plusieurs. Avis à la personne qui prendra cet appartement: ça pourrait valoir la peine de déposer une demande au Tribunal administratif du logement (TAL).

• À lire aussi: Ce qu’il faut absolument vérifier avant d’acheter une copropriété

Le 3 1⁄2 situé dans l'arrondissement de MercierHochelaga-Maisonneuve, à Montréal, était affiché à 800$ à la base, selon ce qu'un internaute rapporte de l'expérience de l'une de ses amies qui, à la recherche d'un trois ou d'un quatre et demi, a répondu à l'annonce.

«Bonjour, nous avons une forte demande de visites pour le logement, pas loin de 75 personnes intéressées, alors nous sommes désolés de vous dire qu’il y aura une augmentation sur le prix du loyer à 950$ par mois», lui a répondu le propriétaire.

Un propriétaire augmente le montant du loyer parce qu'il a beaucoup de visites: est-ce légal?
Capture d'écran

En pleine crise du logement, cette publication a fait réagir plusieurs personnes. «C’est absolument dégueulasse et, malheureusement, quelqu’un va dire oui à ça, parce que les proprios ont le gros bout du bâton en ce moment», écrit Kevin T. Landry sur Facebook.

Est-ce légal?   

Que dit le TAL à ce sujet? 

Modifier une annonce n'est pas illégal, mais un locataire qui se sent floué par le prix de son loyer a des recours. 

Le propriétaire est dans l’obligation de remettre un avis sur le loyer le plus bas payé par un locataire précédent dans les 12 mois précédant la signature du bail.

• À lire aussi: Il n’y aura pas de registre national des loyers, tranche Québec

Si vous payez un loyer supérieur à celui de l’ancien locataire, vous pouvez demander au Tribunal administratif du logement de fixer votre loyer. 

Cependant, faites bien attention: vous avez seulement 10 jours après la date de la conclusion du bail pour présenter une demande au TAL. Si ce n’est pas fait, le propriétaire pourra garder le loyer à ce prix. 

• À lire aussi: À Montréal, un étudiant sur dix vit dans un appart qui a besoin de grosses réparations

À VOIR AUSSI        

«L'éviction de mon voisin m'a rendue folle»  

La crise du logement menace le quartier chinois  

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux