/sports/hockey/canadien
Navigation

Pénible à regarder

Le Canadien humilié 6 à 0 devant ses partisans

Coup d'oeil sur cet article

Pour une équipe qui en arrache, il n’y a rien de mieux que d’affronter le Canadien. C’était le cas des Penguins, défaits à leurs trois derniers matchs avant de poser leurs valises à Montréal.

• À lire aussi: Au ras-le-bol

• À lire aussi: «Plusieurs choses ne tournent pas rond» -Ben Chiarot

• À lire aussi: Défaite du CH par la marque de 6-0: rien de trop réjouissant

Sidney Crosby et ses coéquipiers n’ont fait qu’une bouchée du Tricolore, les renversant 6 à 0, dans un Centre Bell médusé par le spectacle atroce offert par les favoris des spectateurs.

Tout comme à New York, deux jours plus tôt, le Canadien a laissé Cayden Primeau patauger dans son demi-cercle pendant toute la première période. Sauf que cette fois, le jeune américain n’a pas été en mesure de résister.

Crosby, avec son premier de la saison. Danton Heinen et Jake Guentzel ont fait comprendre à tout le monde que la soirée serait longue. Le Canadien était tellement croche que le troisième trio des Penguins s’est payé tout un festin. 

Teddy Blueger, (3 pts), Zach Aston-Resse (2 pts) et Brock McGinn (1 pt) ont jumelé leurs efforts pour trois des six buts des visiteurs.

  • Écoutez la chronique de Jean-François Baril Lacroix au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:

Un autre massacre

Devant une telle débâcle, on peut comprendre les partisans d’avoir hué avec intensité à compter de la mi-match et au dernier son de la sirène.

« Ce soir, on n’était pas bons. On a carrément pas été bons. Dans toutes les situations, on n’était pas bons », a répété Dominique Ducharme, au terme de cet autre massacre.

Faisant les frais de cette débandade, Primeau a été retiré de la rencontre au terme de la deuxième période après avoir cédé cinq fois sur 31 tirs. Disons que ce n’est pas le genre de soirée qui permet à un gardien de 22 ans de gagner en confiance. 

Avec Jake Allen qui pourrait revenir au cours du week-end, il vaudrait peut-être mieux le renvoyer à Laval pour éviter de le ruiner.

+
Cole Caufield
Rappelé durant la journée, il a démontré certaines étincelles La feinte servie à Chad Ruhwedelen début de la 2e période a allumé le Centre Bell et ses coéquipiers le temps de quelques présences
-
Prix de groupe
Cétait une performance catastrophique sur pratiquement toute la ligne Difficile dun pointer un joueur plus quun autre Un gros bonnet dâne pour tous
6
0
Première période
1-Pit: Sidney Crosby (1) (Guentzel, Rust)3:36
2-Pit: Danton Heinen (5) (Marino, Kapanen)AN-12:38
3-Pit: Jake Guentzel (6) (Rust, Letang)19:12
Punitions: Rust (Pit) 4:06, Armia (Mon) 10:38
Deuxième période
4-Pit: Teddy Blueger (4) (Aston-Reese)13:49
5-Pit: Brock McGinn (4) (Matheson, Blueger)16:12
Punitions: Aucune
Troisième période
6-Pit: Teddy Blueger (5) (Aston-Reese, Marino)19:49
Punitions: Aucune
Tirs au but
Pittsburgh 16 - 15 - 12 - 43Montréal 5 - 9 - 10 - 24
Gardiens:
Pit: Tristan Jarry (G, 6-4-3) Mon: Cayden Primeau (P, 0-2-0) et Samuel Montembeault (en 3e période)
Avantages numériques:
Pit: 1 en 1, Mon: 0 en 1
Arbitres:
Eric Furlatt, Frédérick LÉcuyer
Juges de lignes:
Brad Kovachik, Matt MacPherson
ASSISTANCE:
20 712
Teddy Blueger
Jake Guentzel
★★
Kris Letang
★★★

 

Ce qu’on a remarqué...  

Petry a froid

Jeff Petry a connu une autre mauvaise soirée au bureau. L’Américain était sur la glace pour trois des six buts des Penguins. Même s’il n’a pas à être le seul à porter le blâme pour ceux-ci, on voit bien que les absences de Shea Weber et de Joel Edmundson le placent dans la mauvaise chaise. Son dossier de -3 porte son rendement pour la saison à -7. C’est froid pour le mois de novembre. 

Jarry au sec

Les Penguins ont tellement dominé le premier vingt que le Canadien a été limité à 5 tirs. Il a été tenu loin du filet de Tristan Jarry pendant les dernières 8 mins 10s. Le gardien des Penguins est retraité au vestiaire avec ses « caneçons » à peine humides.

Foule mécontente

Les partisans du Canadien en ont déjà plein leur casque de cette saison misérable. Au cours de la deuxième période, ils ont hué les joueurs locaux de façon bien sentie. Une fois de plus, des « Olé! Olé! Olé! » ont été chantés en dérision.

Nordiques watch

Dans la pire saison de leur histoire, celle de 1989-1990 au terme de laquelle ils n’avaient récolté que 31 points, les Nordiques, après 19 matchs, affichaient un dossier de 5-13-1 (11 pts). Le Canadien actuel accuse un point de retard sur la cadence du Fleurdelysé (4-13-2, 10 pts).

À voir aussi           

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.