/news/politics
Navigation

Valérie Plante entame officiellement son deuxième mandat

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a entamé son deuxième mandat en étant assermentée jeudi soir lors d’une cérémonie où un représentant de la nation mohawk a prononcé un discours d’ouverture sans aucune version en français.

• À lire aussi: Élections municipales: 39 erreurs majeures lors du dépouillement du vote à Montréal

• À lire aussi: Meurtre d’un ado à Montréal: Plante interpelle Ottawa

• À lire aussi: Une première rencontre Marchand-Plante à Montréal

La soirée qui se déroulait au Palais des congrès s’est en effet ouverte avec un discours en mohawk et en anglais seulement de Ka'nahsohon Kevin Deer, représentant de la nation mohawk. Ce dernier a invité les spectateurs à revoir la façon dont ils perçoivent le monde.

Kevin Deer, de la nation mohawk, a présenté un discours d’ouverture sans aucune version française pour l’assermentation de la mairesse réélue Valérie Plante.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Kevin Deer, de la nation mohawk, a présenté un discours d’ouverture sans aucune version française pour l’assermentation de la mairesse réélue Valérie Plante.

Cela ne passe pas chez le Mouvement Québec français.

« Les élus municipaux prêtent serment en déclarant solennellement qu’ils vont exercer leurs fonctions dans le respect de la loi et de l’éthique », rappelle son président, Maxime Laporte.

« Or, eut égard à la loi, l’article premier de la charte de la Ville de Montréal énonce qu’elle est une ville de langue française et eut égard à l’éthique, il est évident que la question du statut et de la vitalité du français à Montréal constitue une question éthique névralgique en ce moment même », rajoute M. Laporte

Il se demande comment la mairesse peut réconcilier son serment avec le fait que le discours d’ouverture s’est ouvert avec un discours qui n’était pas en français.

« Le Mouvement Québec français s’attend à ce que l’administration Plante soit à la hauteur de ses promesses par rapport au renforcement du statut du français à Montréal », conclut M. Laporte.

Cela survient deux semaines après que le PDG d’Air Canada Michael Rouseeau eut soulevé un tollé après avoir prononcé un discours unilingue en anglais devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

2e mandat

Photo Agence QMI, Joël Lemay

«Nos 100 premiers jours commencent aujourd’hui, et nous sommes déjà au travail», a souligné Mme Plante, dans le discours qu’elle a prononcé après avoir signé le livre d’or de la Ville, en compagnie de son mari et de leurs deux enfants.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

«La métropole vit un défi unique. Après avoir traversé une pandémie mondiale que personne n’aurait pu prévoir, elle se remet sur pied», a ajouté la mairesse réélue, qui a rappelé les priorités de son administration, notamment en matière de logement et d’environnement.

C’est au son des cornemuses, escortées par des policiers et pompiers de la Ville en uniformes protocolaires, et sous les acclamations, que Mme Plante a fait son entrée au Palais des congrès, où se déroulait la cérémonie d’assermentation des élus montréalais.

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Les élus ont ensuite été invités par Me Emmanuel Tano-Moore, le greffier de la Ville, à faire leur serment, s’engageant à suivre la loi et à respecter les codes déontologiques auxquels ils sont soumis.

Après le discours de la mairesse, la cérémonie s’est conclue par une prestation musicale du groupe La ligne Rose, qui a clos la soirée.

Le 7 novembre dernier, Valérie Plante a été réélue pour un deuxième mandat avec 52 % des voix, loin devant son principal adversaire, l’ancien maire Denis Coderre, qui a obtenu un score de 38 %.

À noter, les élus dont le siège fait l’objet d’un recomptage judiciaire n’ont pas pu être assermentés. Ceux-ci, au nombre de six, devront attendre la fin des procédures avant de pouvoir entrer officiellement en fonction.

Collaboration

Tant Mme Plante que Aref Salem, nouvellement chef de l’opposition officielle, ont manifesté le souhait de collaborer pour le bien de tous. Mme Plante a d’ailleurs eu de bons mots pour ce dernier.

«Maintenant que nous sommes élus, les Montréalais s’attendent à ce qu’on livre la marchandise. Je vais travailler avec plaisir avec l’opposition, puisque pour moi, l’opposition, c’est un signe de saine démocratie», a souligné Mme Plante.

De son côté, M. Salem avait également mentionné son souhait de collaborer avec l’administration, lorsqu’il a été élu chef d’Ensemble Montréal. Un souhait qu’il a réitéré.

Aref Salem, chef par intérim d’Ensemble Montréal et chef de l’opposition officielle
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Aref Salem, chef par intérim d’Ensemble Montréal et chef de l’opposition officielle

«On est tous élus pour rendre un service au Montréalais, et je vais travailler en ce sens avec mon équipe», a-t-il affirmé, en ajoutant toutefois qu’il s’assurerait que Mme Plante tienne ses promesses.

Sécurité publique

Les deux élus s’entendent également sur ce qui devrait être la plus grande priorité, estimant que le dossier de la sécurité publique doit retenir l’attention.

Mme Plante a d’ailleurs rappelé à ce propos sa promesse de doubler le financement des organismes qui œuvrent en prévention, ainsi que celle d’embaucher davantage de policiers.

En mêlée de presse, elle s’est également indignée de l’inaction du gouvernement fédéral dans le dossier.

«Quand on dirige, des fois il faut prendre des décisions, même lorsqu’elles ne sont pas consensuelles, lorsqu’il est question de l’intérêt de la population. On parle ici des armes à feu. On parle des armes! On ne parle pas d’un sujet [anodin]», s’est-elle exaspérée.

M. Salem espère aussi que la Ville utilisera les pouvoirs dont elle dispose déjà pour lutter contre la problématique, afin d’éviter de devoir attendre les autres paliers de gouvernements.

À VOIR AUSSI:      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.