/sports/opinion/columnists
Navigation

La saison de Vladimir Jr

BBA-BBN-BBO-SPO-TORONTO-BLUE-JAYS-V-NEW-YORK-YANKEES
Photo AFP Vladimir Guerrero fils a dominé la Ligue américaine avec 48 circuits la saison dernière.

Coup d'oeil sur cet article

Le jeune Vladimir a connu une saison exceptionnelle.

Non seulement a-t-il fait des progrès énormes au premier coussin, mais le jeune joueur originaire de Montréal a remporté le trophée Hank Aaron, le Bâton d’argent au premier coussin et il aurait dû se voir décerner le titre de Joueur le plus utile à son équipe dans la Ligue américaine.

Voici sa fiche en saison 2021 : Il a participé à 161 des 162 matchs des Blue Jays, a récolté 188 coups sûrs en 604 présences officielles au bâton, a marqué 123 points (sommet dans la LA), a dominé avec 48 circuits, en plus de ses 29 doubles, et a produit 111 points. Il a aussi dominé pour la moyenne de présences sur les sentiers (,401), la moyenne de puissance (,601) et le total de buts (363) en plus de participer à son premier match des étoiles et en être choisi le joueur par excellence.

Qui dit mieux ?

En ce qui me concerne, Shohei Ohtani a obtenu le trophée qu’il mérite amplement, soit celui du commissaire, en raison de ses performances. Comme lanceur, le Japonais a compilé un dossier de 9-2 avec une mpm de 3,18 tandis qu’au bâton il a frappé pour ,257 avec ses 46 longues balles et 100 points produits.

M. Manfred a présenté à Ohtani le trophée d’accomplissement historique du commissaire.

Ohtani a connu une saison unique à l’image de Babe Ruth. 

Ce dernier avait frappé pour ,322 avec 29 circuits et 113 points produits tout en affichant un rendement de 9-5 au monticule avec une mpm de 2,97 en 1919. 

Le trophée du commissaire devrait avoir suffi pour reconnaître le talent et la saison d’Ohtani.

Si Ohtani devait poursuivre sur cette lancée pendant encore cinq ans, va-t-on lui remettre ce trophée cinq ans de suite ?

Dans la Nationale, Bryce Harper des Phillies, a devancé Juan Soto, des Nationals et la sensation des Padres Fernando Tatis fils. 

Heureusement pour lui, Tatis n’est pas aussi un lanceur !

Arozarena ne l’a pas volé

Randy Arozarena est devenu le quatrième porte-couleurs des Rays à mériter le titre de Recrue de l’année dans la Ligue américaine. 

Il a récolté 124 points dans le scrutin des membres de l’Association des chroniqueurs de baseball d’Amérique.

Nul doute qu’il méritait cet honneur. Après sa superbe performance des séries de l’an dernier, il est devenu seulement la troisième recrue à réussir un tel exploit depuis Mike Trout et Andy Benintendi. Il a affiché la meilleure moyenne offensive des recrues à ,274 en plus de dominer au chapitre des points marqués (94), des doubles (22), des buts sur balles (56).

Par ailleurs, j’aurais cru que Ryan Mountcastle, des Orioles de Baltimore (sixième avec 10 points), lui aurait livré une plus chaude lutte que Luis Garcia, des Astros (deuxième avec 63 points).

Dans la Nationale, l’honneur a échu à Jonathan India, des Reds de Cincinnati, qui a obtenu 148 points dans le scrutin alors qu’il a devancé le gaucher Trevor Rogers, des Marlins (86 points), et Dylan Carlson, des Cards (22 points).

India a dominé les majeures avec la meilleure moyenne de présence sur les sentiers (,376), les doubles (34), les buts sur balles (71), les points marqués (98) en plus de voler 12 buts et d’avoir été atteint 23 fois par un lancer de l’adversaire.

Kapler et Cash, gérants de l’année

En ce qui me concerne, il était évident que Gabe Kapler et Kevin Cash méritaient tous les deux cet honneur.

Après tout, Kapler a mené les Giants au championnat de la division Ouest avec une fiche de 107 victoires tandis que Cash, malgré l’opposition des Yankees, des Red Sox et des Blue Jays, a conduit les Rays au championnat de l’Est de l’Américaine avec 100 victoires. 

Avec un championnat de division, Craig Counsell, des Brewers, et Dusty Baker, des Astros, méritent des félicitations.

Le Cy Young

Sachant que Robbie Ray allait tester le marché de l’autonomie et qu’il allait probablement décrocher le Cy Young dans l’Américaine, les Blue Jays ont jeté leur dévolu sur Jose Berrios et lui ont accordé un lucratif contrat à long terme.

C’était la bonne décision à prendre, car Ray, le lauréat de cette année, va aller décrocher la lune ailleurs, probablement avec les Red Sox.

Dans la Nationale, la lutte a été corsée, alors que Corbin Burnes, des Brewers, n’a devancé Zack Wheeler que par dix points. Les deux auraient pu partager cet honneur. 

Mike Trout 

Qui est le seul joueur qui a toujours terminé dans les cinq premiers rangs du scrutin visant à déterminer qui a été le Joueur le plus utile à son équipe au cours de ses neuf premières saisons dans les majeures ? Et si je vous disais qu’il a été le seul joueur à être choisi le Joueur le plus utile lors de deux matchs des étoiles de suite ? Si vous avez répondu MIKE TROUT... passez en avant de la classe ! De 2012 à 2020, Trout a été choisi trois fois premier, quatre fois deuxième, une fois quatrième et une fois cinquième dans le scrutin pour le Joueur le plus utile. Il a été le Joueur par excellence des étoiles en 2014 et 2015.

Aaron Judge  

Le gros voltigeur des Yankees de New York Aaron Judge n’a pas tardé à faire sa marque dans les majeures. Dès sa première saison, Judge a amélioré le record des circuits établi par Mark McGwire pour une recrue, alors qu’il en a réussi 52 en 2017. Le record tient toujours dans l’Américaine, mais en 2018, Pete Alonzo, des Mets, en a claqué 53 pour le record des recrues des majeures.

De plus, Judge s’est mis en évidence dans les séries d’après-saison, alors qu’il a réussi un total de 51 coups sûrs au cours de ses cinq premières participations. 

Jose Abreu 

Le Cubain Jose Abreu s’est rapidement imposé à ses débuts dans les majeures. À l’âge de 27 ans, l’excellent joueur de premier but a dominé les majeures avec une moyenne de puissance de ,581. Dès sa première saison avec les White Sox de Chicago, il a été le meilleur de son équipe pour le nombre des coups sûrs avec 176, 35 doubles (ex aequo), les circuits (36), les points produits (107), la moyenne offensive (,383), le total des buts (323) et les buts sur balles intentionnels (15). La première fois que ses parents ont eu l’occasion de le voir à l’œuvre, c’était lors du match des étoiles, comme recrue, en 2014.

Derek Jeter 

L’ancien des Yankees de New York Derek Jeter a été élu au Temple de la Renommée en 2020 alors qu’il a récolté 396 votes sur un total de 397 ! Un honneur qu’il n’a pas volé, loin de là. Jeter est aussi devenu le premier joueur à avoir remporté le titre de Joueur par excellence du match des étoiles et de la série mondiale au cours d’une même campagne, soit lors de la saison de l’an 2000. Jeter a joué avec les Yankees uniquement, au cours de sa carrière de 20 saisons, affichant un rendement offensif de ,310 avec 260 circuits, 1311 points produits, 3465 coups sûrs et 358 buts volés.