/entertainment/shows
Navigation

Nouvel album, télé et cinéma pour Elisapie

Sophie Desrape « Motel Paradis ».
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Si la musique reste le premier amour d’Elisapie Isaac, l’auteure-compositrice-interprète Inuk accepte avec bonheur « et un peu de peur » de plonger dans les univers de la télé et du cinéma. Prête à entrer en studio – pour créer son album mis sur la glace avec l’arrivée de la pandémie – elle se retrouve en ce moment sur le plateau de tournage de la série Motel Paradis.

Lorsqu’elle avait visionné le film Antigone, en 2019, Elisapie avait été happée par la cinéaste Sophie Deraspe. C’est parce qu’elle était « déjà tellement fan d’elle » que la chanteuse originaire de Salluit au Nunavik a accepté d’aller à sa rencontre pour un café. Puis, rapidement, accepter un petit rôle dans sa série télévisée Motel Paradis.

« Je pense que Sophie voyait vraiment quelque chose qui collait avec ma personnalité, même si elle ne me connaît pas beaucoup, explique celle qui joue le rôle de guide spirituel de Jen, le personnage principal interprété par Nahéma Ricci (la même actrice qui incarnait l’Antigone du film). Je crois qu’elle a saisi quelque chose en moi et j’ai trouvé que c’était un bon point de départ. »

Il faut dire que le petit côté ésotérique de son personnage lui sied bien. Son caractère aidant et aimant aussi.

« Au début, j’avais peur, ajoute l’artiste qui n’était pas forcément à la recherche de projets télévisuels. C’est difficile pour moi d’apprendre le texte en français ; il y a un blocage dans mon cerveau qui fait que je peux parler en français, mais que c’est complexe par moment. Je me suis fait convaincre et j’ai voulu le faire, car j’aime Sophie. Je trouve que c’est un beau gros projet de série. La proposition était le fun et j’ai adoré cela. »

Premier grand rôle au cinéma

La chanteuse engagée a aussi décroché un premier grand rôle au cinéma. On la verra sur grand écran dans le film d’horreur en réalité augmentée V F C qui prendra l’affiche en 2022.

« C’est un film étrange, très expérimental, pas du tout conventionnel, artistique et sans dialogue, réalisé par C.S. Roy, auquel j’ai adoré participer », dit celle qui y incarne une chercheuse en sciences cognitives de la musique qui développera une rare forme de mélophobie (une peur de la musique) après avoir vécu un syndrome de Stendhal sonore.

« Je commence à avoir un peu d’expérience, dit l’artiste de 44 ans. Au-delà du documentaire, je veux faire aussi des films de fiction. Il faut que je me mouille un peu les pieds. C’est intense comme vie, mais c’est tellement passionnant. »

Sa ligne directrice ? N’accepter que les rôles qui lui font ressentir des émotions. Y aller au feeling avec, au fond du cœur, ce même goût d’apprentissage et de discipline que lorsqu’elle crée des chansons. Donc, oui, elle confirme qu’il y a eu de belles propositions refusées par conviction.

Un nouvel album en 2022

S’il y a une chose que la musicienne a hâte de faire dans quelques jours, c’est retourner en studio pour enregistrer son album. L’album qu’elle devait faire il y a 2 ans, mais qui a été mis sur la glace avec l’arrivée de la pandémie.

« Ça va faire du bien, je suis vraiment due, affirme celle qui s’est aussi lancée dans la production. Je vais fermer les portes et me concentrer sur cela. On a besoin d’exprimer tout ce qu’on a vécu, il y a beaucoup d’émotions, pas juste pour nous les autochtones, mais aussi pour les allochtones, ça a frappé fort l’imaginaire. C’est quelque chose de très concret et de très dur qui est allé chercher tout le monde, alors je pense que j’ai besoin de refermer un peu le tout et d’aller dans cet espace où on peut vibrer autrement que dans les pleurs. »

La maman de trois enfants promet un album – dont la sortie est prévue pour 2022 – inspiré par l’enfance, voguant toujours un peu dans la mélancolie. Un album ni triste ni joyeux, qui sera beau et touchant.

« Un album de lumière, murmure-t-elle les yeux brillants. L’énergie et la joie sont là. Il y a eu beaucoup de choses difficiles depuis 2 ans, je pense que ça fait du bien de vivre dans l’art un peu. On en a besoin. »