/investigations/municipal
Navigation

Politique municipale: un ancien conseiller de Sainte-Adèle est une nouvelle fois blâmé

Facebook Pierre Lafond
Photo tirée de Facebook Pierre Lafond, ex-conseiller municipal de Sainte-Adèle

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-conseiller Pierre Lafond de Sainte-Adèle, qui multiplie les recours contre la Commission municipale du Québec (CMQ) depuis deux ans afin de contester les sanctions prises contre lui, vient d’être blâmé pour « abus de procédure ».

• À lire aussi: [VIDÉO] Empoignade au conseil municipal de Sainte-Adèle: le conseiller expulsé veut poursuivre la Ville

Pierre Lafond a défrayé la chronique à quelques reprises dans les dernières années pour ses frasques à l’hôtel de ville et des prises de bec notoires avec la mairesse sortante, Nadine Brière. 

Il avait été sanctionné une première fois par la CMQ pour des entorses à l’éthique, en 2019, soit pour manque de respect à l’égard du greffier et pour s’être placé en situation de conflit d’intérêts. Tous ses recours visant à contester sa suspension de 45 jours, à l’époque, incluant celui devant la Cour d’appel, avaient échoué.  

M. Lafond a également contesté sans succès la suspension sans salaire de 150 jours imposée l’été dernier par la CMQ pour manque de respect envers la mairesse, un citoyen et d’autres élus, puis pour du harcèlement envers des membres de l’administration. 

La Cour supérieure vient de rejeter son plus récent recours – une demande de pourvoi en contrôle judiciaire – sans même l’entendre, une situation inédite. 

« La présente affaire est une exception », peut-on lire dans la décision du juge Stéphane Lacoste.  

Il crie à l’injustice sans preuve 

« Ce n’est pas la première fois que Lafond se présente devant le tribunal pour attaquer une décision de la Commission. Il soulève encore certains arguments qui ont déjà été rejetés. Cette obstination à soulever à nouveau des arguments voués à l’échec constitue un abus de procédure », tranche le magistrat.  

« Lafond refuse de se conformer aux règles et de se comporter correctement et sans abus envers ses collègues, la Commission et le Tribunal. Il n’accepte pas les décisions et crie facilement à l’injustice sans en faire la preuve. Le Tribunal considère que Lafond est de mauvaise foi ou que son comportement relève de la quérulence », ajoute-t-il.  

Pierre Lafond a été défait aux élections du 7 novembre, n’ayant obtenu que 45 votes, soit 6 % des voix exprimées dans le district où il tentait de se faire réélire. Sur sa page Facebook, il émet des doutes sur le respect du processus démocratique et laisse entendre que les élections ont pu être « truquées ».  

Plusieurs se souviendront aussi de son empoignade musclée avec un agent de sécurité lors d’une séance du conseil municipal, à la suite de l’avis d’expulsion émis par la mairesse. M. Lafond refusait de sortir de la salle. Dans cette affaire, c’est l’agent de sécurité qui a cependant été déclaré coupable, le 7 octobre, de voies de fait.