/lifestyle/books
Navigation

Victime d’inceste

Nos âmes oubliées
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-journaliste de guerre, Stéphane Allix, qui s’est fait connaître avec ses livres, Le test et Après..., change complètement de registre dans un récit autobiographique, où il évoque son enfance alors qu’il a été victime d’inceste. Depuis, un long chemin a été parcouru menant à la guérison.

C’est principalement lorsque son frère, âgé de 30 ans, est décédé en Afghanistan dans un accident de voiture en 2001 que le journaliste Stéphane Allix s’initie aux questionnements sur la vie après la mort. Puis, la mort de son père le pousse à mener sa propre enquête. Voulant prouver qu’il existe quelque chose après la mort, il place cinq objets dans le cercueil de son père. C’est la prémisse de son livre, Le test, dans lequel il relate ses entretiens avec six médiums au sujet de ces objets.

De son propre aveu, Stéphane Allix confie être depuis longtemps obsédé par la mort et l’après-vie. Toujours interpellé par le sujet, il fait des études sur le fonctionnement du cerveau et de la conscience et sur les expériences de mort imminente depuis une quinzaine d’années. Cette fois, ces recherches le mènent ailleurs, notamment à des expériences psychédéliques. 

« Je suis partie en Amazonie pour découvrir le chamanisme, mentionne-t-il. Ça ouvre une porte intéressante entre la nature du cerveau et de la conscience. » 

Enfance oubliée

Il réalise alors que, contrairement aux autres, il n’a aucun souvenir de son enfance. Si pour la plupart des gens, des souvenirs sont présents à partir de l’âge de cinq ans, Allix n’en a aucun. « Pas une seule image, pas même un visage, souligne-t-il. Rien avant l’adolescence. » 

À force d’expérience et après diverses consultations notamment avec une guérisseuse, il fait une découverte bouleversante. « J’ai été victime d’inceste dans mon enfance », dit-il. Si cette révélation lui fait l’effet d’une bombe, il en ressort des aspects positifs. 

« Cette expérience a été dévastatrice, mais en même temps tellement éclairante sur plusieurs aspects de ma vie », reconnaît l’auteur qui ajoute qu’il devait comprendre ce qui s’était passé ou bien s’il s’agissait seulement de son imaginaire.

Réalisant ensuite qu’aucun doute n’était possible, il avait bel et bien été victime d’inceste durant son enfance, et ce, à de multiples reprises.

« À partir de ce moment-là, le livre s’est imposé », indique l’auteur qui a utilisé son journal personnel pour écrire son livre. 

« Mon histoire n’est pas un phénomène isolé, 50 % des victimes d’incestes ont une amnésie infantile totale ou partielle. »

Il admet d’ailleurs avoir eu un certain malaise à raconter dans un livre son expérience personnelle sur un sujet si intime. 

« J’étais mort de peur », confie Stéphane Allix qui ajoute qu’il sentait le besoin de se livrer, malgré tout, espérant ainsi aider d’autres victimes.

Confronter l’agresseur

Dans son livre, l’auteur raconte avoir été jusqu’à confronter son agresseur sans toutefois le nommer, de peur de représailles. Il nommera cet homme de sa famille, simplement « lui ». Les lecteurs qui assistent aux échanges entre « lui » et Stéphane Allix constateront que malheureusement, « lui », n’avouera pas d’emblée ses gestes odieux envers le petit garçon de huit ans. Toutefois, à de nombreuses reprises lors de leurs entretiens, par plusieurs sous-entendus, les doutes s’estompent pour faire place à la certitude dans l’esprit d’Allix. On entendra d’ailleurs certains échanges résonner tels que : « Tu n’as pas de séquelles, tu as mené une belle vie... »

L’auteur, qui se pose toujours mille et une questions existentielles, raconte ne pas avoir nécessairement le bonheur facile. Mais de toute cette expérience, Stéphane Allix se dit aujourd’hui beaucoup plus serein, lui qui, par le passé, a été trop souvent habité par la mélancolie. 

  • Stéphane Allix est également l’auteur de plusieurs livres dont Le test et Après... Quand l’au-delà nous fait signe.
  • Il a cofondé l’INREES, un institut de recherche sur les expériences extraordinaires, telles que les expériences de mort imminente. Pour en apprendre davantage, www.inrees.com
Nos âmes oubliées
Photo courtoisie