/world
Navigation

Haïti: libération de deux otages parmi les 17 missionnaires enlevés à la mi-octobre

HAITI-UNREST-FUEL-SHORTAGE
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Deux otages parmi un groupe de 17 missionnaires nord-américains et leurs proches enlevés près de la capitale haïtienne Port-au-Prince ont été libérés, a annoncé, dimanche, l’église américaine à laquelle ils appartiennent. 

• À lire aussi: Mexique: 600 migrants issus de 12 pays secourus à bord de deux camions

• À lire aussi: Assassinat du président haïtien: un suspect interpellé à Istanbul

• À lire aussi: Le Canada retire temporairement le personnel non essentiel de son ambassade en Haïti

«Seules des informations limitées peuvent être fournies, mais nous sommes en mesure d’indiquer que les deux otages qui ont été libérés sont sains et saufs, ont bon moral et sont pris en charge,» a déclaré l’organisation religieuse Christian Aid Ministries dans un communiqué publié sur son site internet.

Le groupe, 16 Américains et un Canadien, avait été enlevé le 16 octobre après la visite d’un orphelinat au cœur de la zone sous l’emprise d’un des principaux gangs d’Haïti.

Basée dans l’État américain de l’Ohio, l’organisation Christian Aid Ministries avait indiqué que le groupe comptait 12 adultes, dont l’âge est compris entre 18 et 48 ans, et cinq enfants âgés de 8 mois, 3 ans, 6 ans, 13 ans et 15 ans.

«Nous ne pouvons pas fournir ou confirmer les noms des personnes libérées, les conditions de leur libération, leur origine ou leur emplacement actuel», précise, dimanche, l’église, en demandant la discrétion à ceux ayant connaissance de ces détails.

Les membres du gang «400 mawozo», qui ont enlevé ces 17 personnes, avaient réclamé un million de dollars par personne gardée captive, selon les informations recueillies par l’AFP.

Dans une vidéo publiée fin octobre sur les réseaux sociaux, le chef de cette bande armée avait menacé d’exécuter les otages.

Quelques jours plus tard, la police haïtienne avait annoncé «avoir reçu des preuves de vie de tous les otages».

Plusieurs agents du FBI collaborent avec les autorités haïtiennes et la cellule contre enlèvement de la police nationale, qui négocie depuis plus d’un mois avec les ravisseurs.

Haïti est classé comme pays en zone rouge par les États-Unis, qui déconseillent à leurs ressortissants de s’y rendre, notamment en raison des nombreux enlèvements dont «les victimes incluent régulièrement des citoyens américains».

La semaine dernière, les États-Unis et le Canada ont aussi recommandé à leurs ressortissants vivant en Haïti de planifier leur départ du pays, où les gangs armés étendent leur contrôle, causant une grave pénurie de carburants.

Les bandes armées ont commis plus de 800 enlèvements contre rançon depuis le début de l’année, selon le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme, basé à Port-au-Prince.

En avril, dix personnes, dont deux religieux français, avaient été séquestrées 20 jours par ce gang dans la même région.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.