/news/green
Navigation

Un hiver froid et enneigé attendu au Québec

Coup d'oeil sur cet article

L’hiver qui frappera bientôt aux portes du Québec devrait être «assez difficile», selon les prévisions du météorologue Gilles Brien, et le mois de décembre, possiblement mouvementé. Le tout, gracieuseté du phénomène météorologique La Niña.

«Si vous recevez des bottes, des foulards, des mitaines et des tuques à Noël, n’allez pas les échanger, vous allez en avoir de besoin!», lance le biométéorologue, en entrevue au TVA Nouvelles de midi. «On s’attend à un hiver vraiment rigoureux, un hiver de La Niña. Depuis quelques années on avait des hivers El Niño...»

Ces hivers plus doux ont été marqués par plus de précipitations liquides et moins de neige. Ce fut notamment le cas en mars dernier, mois où l’on enregistre habituellement le plus de tempêtes majeures. 

Contrairement au phénomène El Niño, La Niña se caractérise par un refroidissement de la température de l’océan Pacifique, et ses effets se font ressentir jusqu’au Québec, en entrant par le nord du pays.

  • Écoutez le tour des actualités de Philippe-Vincent Foisy et Carl Marchand sur QUB Radio:

«Ça construit des creux de pression, des hivers traditionnels avec beaucoup de froidure, beaucoup de neige», détaille M. Brien. 

Si le froid mordant tarde pourtant à se faire ressentir dans le sud de la province, les températures hivernales se sont bien installées dans le nord du Québec, en Abitibi, sur la Côte-Nord, mais également dans le centre de l’Ontario. 

«On a eu, dans les 48 dernières heures, les premières invasions d’air froid. Au Nunavut, dans le nord du Canada, il a fait -37 degrés Celsius cette semaine, sans refroidissement. C’est la première masse d’air arctique en formation», précise le météorologue, en entrevue à TVA Nouvelles. 

Si le temps froid et les chutes de neige semblent être en retard dans le sud, l’arrivée du froid pourrait se faire de façon précipitée au mois de décembre. 

«On est à la mi-novembre, on n’a pas de tapis blanc. On est en retard. Décembre pourrait être turbulent avec de gros froids!», conclut Gilles Brien. 

À VOIR AUSSI