/entertainment/movies
Navigation

Aline et Céline: le vrai et le faux

Des différences marquées entre le film et la réalité!

Céline Dion et Michel Jasmin, 1981
Photo courtoisie, TVA Céline Dion et Michel Jasmin en juin 1981.

Coup d'oeil sur cet article

Ayant couvert la carrière de Céline Dion depuis ses débuts alors qu’elle n’avait que 13 ans et suivi la chanteuse et son mari René Angélil dans plusieurs pays du monde, j’avais bien hâte de voir le film Aline, une comédie romantique largement inspirée de la vie de Céline et René. 

• À lire aussi: Notre critique d'Aline: un hommage à la Diva

• À lire aussi: Un tapis rouge glamour pour Aline

Premier constat : Le film est amusant et touchant et les acteurs sont formidablement crédibles. Si le scénario dans son ensemble colle au conte de fées de la petite fille de Charlemagne, il y a des scènes et détails fictifs ajoutés pour les besoins humoristiques du film qui, eux surprendront les inconditionnels de Céline. Voici une recension des huit différences les plus flagrantes.

1. Tout le monde connaît l’histoire de la petite cassette enrubannée de rouge, de la chanson Ce n’était qu’un rêve envoyé à René Angélil. Vrai que Michel Dion (Jean-Bobin) téléphona ensuite à l’impresario en disant : « Je sais que tu ne l’as pas écouté, sinon tu aurais rappelé tout de suite ! » 

Toutefois, qu’une jeune Céline ait oublié d’enlever ses patins à glace avant de se rendre au rendez-vous avec l’impresario, comme le personnage d’Aline, est absurde.

2. Lors de sa première apparition télé, à l’émission de Michel Jasmin en 1981, Céline portait une jolie robe que sa mère lui avait confectionnée et des souliers plats. Dans le film, on affuble Aline de souliers dorés de mauvais goût, enfilés sur des petits bas blancs, sans doute un clin d’œil à sa passion pour les belles chaussures.

3. Dans le film, le fameux porte-bonheur d’Aline est une pièce en or que son père lui aurait offerte. Dans la vraie vie, Céline qui est superstitieuse, a souvent glissé une pièce de cinq sous dans son soulier pour la chance, après qu’elle en eut trouvé une par terre datée de 1968, son année de naissance, avant son premier concert.

4. Une des rares scènes décevantes du film, présente les Dieu (Dion) qui se réjouissent du fait que la musique d’Aline joue désormais au « Vôtican » (sic) et plusieurs répètent « au Vôtican !!! » Évidemment les Dion, des gens croyants, savaient prononcer correctement le mot Vatican.

  • Écoutez la chronique de Sophie Durocher sur QUB radio: 

5. Quand la mère d’Aline découvre qu’elle est amoureuse de son gérant, elle apostrophe ce dernier de manière dure et cavalière. Cette confrontation n’a jamais eu lieu dans la vie de Céline et René. Maman Dion aurait toutefois un jour mentionné : « Céline était ma princesse. J’espérais un prince pour elle ».

6. La demande en mariage d’Aline a été totalement imaginée par Valérie Lemercier (Aline). René Angélil n’a jamais caché une bague de fiançailles dans un cornet de crème glacée tendu à Céline. Sa demande s’est faite discrètement en privée.

7. Céline Dion n’a pas appris le décès de son père à cause d’un technicien indiscret quelques instants avant d’entrer sur scène comme on le voit pour Aline, mais plutôt quelques heures avant le show. En montant sur scène, elle a annoncé aux spectateurs que son père venait de mourir, que ce serait pénible et qu’elle lui dédiait le spectacle. Plus tard, elle a fondu en larmes dans sa loge.

8. Dans une des scènes comiques du film, Aline en robe de mariée, descend l’escalier de la petite maison familiale où ses proches endimanchés l’attendent, puis elle sort par la fenêtre, sa robe étant trop volumineuse pour passer par la porte. Évidemment ceci est pure invention. Le mariage grandiose de Céline et René a nécessité des préparatifs monstres.

Pour l’essentiel, le film Aline présente un hommage crédible et amusant à Céline Dion. Mais c’est avant tout une fiction, une jolie comédie romantique, inspirée de la vie merveilleuse de la diva québécoise.  

  • Écoutez la chronique d'Anaîs Guertin-Lacroix au micro de Philippe-Vincent Foisy sur QUB Radio:   

À voir aussi