/misc
Navigation

Combien, M. O’Toole, qu’on en finisse?

A bottle with vaccine and syringe in front of blue background. Medicine, science and healthcare concept
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Combien de députés conservateurs sont entièrement vaccinés ? Combien ont obtenu une exemption ?

C’est le plus grand des mystères, encore et toujours. 

Il est de plus en plus difficile de comprendre comment le chef Erin O’Toole et le parti peuvent accepter d’entretenir le flou.

L’ensemble de leur message passe par ce filtre. Et la marque conservatrice déjà amochée en prend un coup.

De bonne guerre

C’est de bonne guerre de la part des libéraux et des néo-démocrates de demander si des députés conservateurs ont obtenu des exemptions médicales bidon pour entrer au Parlement. Ou s’ils ont suivi les règles de santé publique à la lettre. 

La nature a horreur du vide. Devant l’absence de réponse claire du parti, les hypothèses prennent le dessus. 

Pour seule explication, je n’ai reçu que ceci de la part du bureau de M. O’Toole, à savoir combien de députés étaient vaccinés ou ont reçu une exemption : 

« Je te réfère à la Chambre des communes, ce sont eux qui administrent cette règle et tous les députés ont satisfait la règle. »

L’art de se défiler.

O’Toole assure que tous ses députés ont soit reçu leurs deux doses ou obtenu une exemption. 

Les libéraux ont encore une fois eu le loisir d’utiliser le flou artistique conservateur contre eux. 

Les allergies au vaccin sont infiniment rares, environ une personne sur 100 000.

Qu’un seul député conservateur ait obtenu une exemption relèverait de la malchance. Plus d’un, d’une aberration statistique. 

Déficit d’authenticité

O’Toole tente d’imposer son style plus ouvert, ses politiques plus centristes, ses positions sociales plus consensuelles. 

Le fiasco de la vaccination dans son parti le met en échec sur ces trois fronts.

Tout ça pour quoi ? Pour satisfaire une poignée de ses députés réfractaires à la vaccination ? Pour le principe selon lequel nous avons le droit à la vie privée ? 

Dans tous les cas, on retient surtout que le Parti conservateur, l’opposition officielle, le parti qui prétend être prêt à gouverner évolue en marge de l’opinion populaire. 

Erin O’Toole n’a-t-il pas plus à gagner de dire clairement combien de ses députés sont vaccinés, et combien ne le sont pas ? 

Pourquoi servir des munitions à ses adversaires sur un plateau d’argent, en pleine rentrée parlementaire ? 

On ne demande pas à savoir qui, mais combien. C’est pourtant simple.

Erin O’Toole aimerait imposer ses thèmes, le coût de la vie exorbitant, l’inflation. À court terme, c’est une rentrée parlementaire ratée. 

Mais les dommages pourraient se faire sentir longtemps. 

M. O’Toole traîne déjà un déficit d’authenticité dans la population et au sein même de son parti. 

Son recentrage est peut-être nécessaire, mais il s’est fait sans consulter ses membres ou ses députés.  

Le « vrai bleu » aux relents républicains s’est adouci pour occuper le centre. 

Et puis il y a eu les volte-face sur les armes à feu et la taxe carbone. 

On aime accuser les libéraux d’arrogance et les conservateurs d’avoir un « agenda caché ». 

C’est à se demander s’ils ne font pas exprès pour entretenir l’épithète peu flatteuse. 

Combien, M. O’Toole, qu’on en finisse, une fois pour toutes ?