/qubradio
Navigation

Conversion de clubs de golf: «Il faut donner le choix aux gens», estime le maire de Vaudreuil-Dorion

Le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon
Photo d'archives, Jocelyn Malette Le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon

Coup d'oeil sur cet article

C’est aux citoyens de décider quel avenir donner aux anciens terrains de golf de leur municipalité, estime le maire de Vaudreuil-Dorion qui a récemment fait l’acquisition du golf Harwood.

Guy Pilon a rappelé mardi sur Qub radio le processus qui a mené à l’achat de l’ancien golf Harwood par la Ville de Vaudreuil-Dorion, en août dernier.

«Un promoteur nous a présenté un projet pour avoir 80 maisons sur le golf, c’était immense, c’était parfait, c’était des grosses maisons et ça protégeait les arbres, ça protégeait les cours d’eau, ça protège tout», a-t-il raconté au micro de Benoit Dutrizac.

«Mais, parce qu’on a la chance d’être dans la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), a-t-il dit avec ironie, le projet a été refusé et on nous demandait de mettre plus de 312 unités là-dessus. Et là, on scrappait tout, mares d’eau, on scrappait les arbres, tout. Parce qu’on est dans la CMM, on demandait une densification à cet endroit, c’est aussi bête que ça», a ajouté le maire de Vaudreuil-Dorion.

Pour conserver le site et en faire un espace vert accessible aux citoyens, la municipalité a alors offert au propriétaire, Claude Daoust, d’acheter le terrain.

«On s’est assis, on s’est entendu pour un montant [2,4 millions $], et le conseil municipal a décidé de l’acheter, de le protéger et d’en faire un bel aire», a expliqué M. Pilon, en précisant que même si l’offre de la Ville était deux fois moins élevée que celle du promoteur, le propriétaire a accepté.

«Les gens étaient enchantés, s’est-il souvenu. Je comprends que ça prend des condos, ce n’est même pas un problème, le problème, c’est que si on ne donne pas le choix aux gens de choisir ce qu’ils veulent tout dépendamment où ils sont dans leur vie, ils vont aller ailleurs, et c’est exactement ce qu’il se passe présentement», a-t-il déploré.

Des possibilités en accord avec les citoyens

Le parc-nature Harwood compte offrir plusieurs possibilités en termes d’activités de plein air et de loisirs.

«On ne fera aucune construction, a tenu à préciser Guy Pilon. On garde une partie pour un gros parc à chiens, le reste on va le laisser le plus naturel possible c’est ce que les gens nous ont demandé. (...) On va même faire des replantations d’arbres dans le parc pour s’assurer qu’il y ait de l’ombre. On va le modifier le moins possible.»

Pour promouvoir «une culture de participation publique», la municipalité a invité les citoyens à remplir un sondage pour connaître leurs intérêts et préoccupations en lien avec le parc. Selon Guy Pilon, 1400 propositions ont ainsi déjà été recueillies.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions