/investigations/justice
Navigation

Crime organisé : Détention maintenue pour le caïd Raynald Desjardins

Le recours en appel de Raynald Desjardins a été rejeté

Raynald Desjardins, détenu
Photo d'archives, Agence QMI Raynald Desjardins, détenu

Coup d'oeil sur cet article

Le caïd Raynald Desjardins, dont la brève remise en liberté a ravivé les tensions dans la mafia montréalaise au printemps dernier, vient d’échouer dans une autre tentative pour ressortir du pénitencier.

• À lire aussi: Lisez en exclusivité les deux premiers chapitres du livre «Le Parloir»

• À lire aussi: Le fils d’un mafieux notoire associé aux Hells Angels

La détention de celui que la police considère toujours comme l’un des plus influents leaders du crime organisé, même s’il est détenu depuis dix ans, a été maintenue par la section d’appel de la Commission des libérations conditionnelles du Canada (CLCC), jeudi dernier. 

Desjardins, qui a eu 68 ans en octobre, pourrait ainsi devoir rester en prison jusqu’en 2023 afin de finir d’y purger sa peine pour avoir comploté le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna en 2011.

En mai dernier, la libération conditionnelle dont le vétéran mafieux avait bénéficié pendant un mois lui a été révoquée après que les policiers l’eurent observé à Laval et à Montréal avec son nouveau garde du corps, soit un proche des Hells Angels, avec qui on lui interdisait tout contact.  

Mises en garde

Son garde du corps était aussi en possession d’une liste de numéros de plaques de véhicules, dont celui de Stefano Sollecito, un leader du clan Rizzuto au nombre des ennemis de Desjardins, selon ce que notre Bureau d’enquête a rapporté le 1er juin dernier.

Durant cette période où elle craignait une reprise des règlements de compte au sein de la mafia, la police avait mis en garde Desjardins et plusieurs gros noms du clan Rizzuto – dont Sollecito et l’avocat Leonardo Rizzuto, fils du défunt parrain Vito Rizzuto – que leur vie était potentiellement en danger.

Plus tôt cette année, Desjardins a déclaré, devant la CLCC, qu’il avait pris sa « retraite » du monde criminel.

En 2015, Desjardins a été la cible d’un complot visant à le faire assassiner en milieu carcéral qui était orchestré par l’ex-chef des Hells, Maurice « Mom » Boucher.