/sports/golf
Navigation

Golf: le circuit PGA annonce une flambée des dotations et bonus pour 2022

Jay Monahan, commissaire de la PGA
Photo d'archives, AFP Jay Monahan, commissaire de la PGA

Coup d'oeil sur cet article

Le circuit nord-américain de golf (PGA) a annoncé lundi une augmentation spectaculaire des dotations et autres bonus de certains tournois en 2022, essentiellement les plus lucratifs en dehors des quatre Majeurs, une façon de répondre au projet de circuit concurrent financé par l’Arabie saoudite.

• À lire aussi: Les gros canons courtisés à coups de millions

Les gains globaux en 2022 atteindront 838 millions de dollars, contre 633 cette année, dont 427 millions pour les seules dotations des épreuves.

La FedEx Cup, triptyque qui clôt généralement la saison, passera ainsi de 60 à 75 millions de dollars de gains. Le champion de cette épreuve percevra 18 millions de dollars, contre 15 habituellement.

L’épreuve consiste en trois tournois dont le nombre de participants, 125 pour le premier, le Northern Trust, se réduit à 70 pour le deuxième, le BMW Championship, avant de ne concerner que les 30 meilleurs pour le dernier, le Tour Championship. Les bourses du Northern et du BMW augmenteront de plus de 5 millions de dollars pour atteindre 15 millions chacune.

La dotation du Players Championship, considéré comme le 5e Grand Chelem, passera de 15 à 20 millions de dollars, ce qui en fera le tournoi le plus lucratif de la saison.

Les trois tournois sur invitation du circuit - le Genesis Invitational, l’Arnold Palmer Invitational et le Jack Nicklaus’s Memorial - offriront désormais 12 millions de dollars de prix chacun, soit une augmentation de près de 3 millions par tournoi.

Le bonus annuel de 10 millions de dollars offert aux 10 meilleurs joueurs du circuit pendant la saison régulière doublera pour s’élever à 20.

«Les récompenses financières et autres avantages, non seulement pour les meilleurs joueurs mais aussi pour l’ensemble des membres, augmentent à un rythme extraordinaire», s’est félicité le patron de la PGA Jay Monahan, assurant que le circuit était «plus fort que jamais dans notre histoire».

Un argument financier de poids qui vise à étouffer la possible concurrence de demain incarnée par la «Super Ligue», financée par un fonds souverain saoudien, en partenariat avec l’Asian Tour, et dirigée par l’ancien numéro un mondial Greg Norman, qui a annoncé son intention de lancer 10 nouveaux tournois en Asie, au Moyen-Orient et en Europe.