/entertainment/stage
Navigation

Un plaidoyer convaincant

Maude Laurendeau livre ses réflexions sur le système

Maude Laurendeau et Julie Le Breton
Photo courtoisie, Danny Taillon Maude Laurendeau et Julie Le Breton se partagent la scène dans la pièce Rose et la machine présentée chez Duceppe.

Coup d'oeil sur cet article

Face à un État qui échoue lamentablement à fournir les services auxquels sa fille autiste a droit, Maude Laurendeau livre chez Duceppe un plaidoyer aussi touchant que convaincant pour que cette incurie change au Québec.

Désemparée par les ratés du système et les défis que doit relever son enfant, la comédienne a écrit la pièce documentaire Rose et la machine. À cœur ouvert, elle partage son expérience dans un exercice avant tout pédagogique, mais parfois transmis avec une charge émotive que seul un parent peut ressentir pour sa progéniture.

Elle est accompagnée sur les planches par la marraine et la tante de Rose, l’actrice Julie Le Breton. Cette dernière réussit haut la main à incarner pas moins de 43 personnages différents ! Elle se glisse dans la peau de gens aussi divers qu’une directrice d’école, un autiste adulte ou un père ayant un enfant avec un trouble du spectre de l’autisme.

Maude Laurendeau raconte avec détail son parcours du combattant dans la « maison des fous ». Cela prend par exemple la forme d’interminables listes d’attente, de séances pour sa fille avec une spécialiste anglophone, faute de ressources en français à Montréal, et d’un manque de collaboration de l’école primaire pour favoriser son intégration. Bref, ce qu’elle raconte est tout simplement révoltant pour un soi-disant « Québec fou de ses enfants ».

Changer le statu quo

Dans de cours monologues, l’autrice expose clairement des informations pertinentes sur l’autisme. Elle offre par exemple un bref résumé historique et quelques statistiques révélatrices. Maude Laurendeau se dévoile aussi en partageant le désarroi et quelques joies qu’elle a vécus à des moments clés de l’épopée de Rose. Enfin, l’actrice (re)joue des scènes de sa vie avec les protagonistes joués par Julie Le Breton. 

Dans tout cette galère, cette mère se métamorphose en spécialiste médicale et éducative du cas de sa fille. Et avec ce spectacle, elle se transforme en porte-voix de tous ces parents et enfants trahis par l’État. Car comme le rappellent des personnages, seules des « pressions politiques » permettront de faire bouger les choses afin d’amoindrir ces injustices.


Rose et la machine est présentée jusqu’au 18 décembre chez Duceppe.