/news/politics
Navigation

Aide aux entreprises: Fitzgibbon assure qu’il n’a pas de conflit d’intérêts

Aide aux entreprises: Fitzgibbon assure qu’il n’a pas de conflit d’intérêts
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, se dit satisfait des interventions du gouvernement Legault soutenant les entreprises durant la pandémie. Il assure qu'il n'a jamais investi ou été investisseur dans les compagnies pour lesquelles il a autorisé des prêts, alors qu’elles ne répondaient pas aux critères de sélection.

• À lire aussi: Programmes d’aide pour les entreprises: 68 M$ à des compagnies qui ne respectaient pas les critères

Mercredi, dans son rapport annuel, la vérificatrice générale (VG), Guylaine Leclerc, a évoqué certains problèmes de transparence dans la gestion du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (PACTE).

Elle reproche, entre autres, le fait que ce ne sont pas toutes les entreprises qui étaient au courant que le ministre Fitzgibbon avait le pouvoir d’autoriser un prêt à une compagnie qui ne répondait pas à tous les critères du programme, car cette information n’a jamais été révélée publiquement.

«Je peux vous assurer, aujourd’hui, que parmi les entreprises qui ont été identifiées, aucune je suis actionnaire et aucune j’ai été actionnaire. [...] Le ministre n’a pas jamais poussé un dossier», s’est défendu M. Fitzgibbon.

Selon la VG, le ministre a autorisé au moins 10 prêts de plus de 5 millions $ après analyses et recommandations. Ces compagnies ne répondaient toutefois pas aux critères de sélection du PACTE. C’est Investissement Québec qui était responsable de l’octroi des prêts ou des garanties de prêts.

Déjà en difficulté

Sur ces dix prêts, six ont été versés à des compagnies qui éprouvaient déjà «d’importantes difficultés financières avant la pandémie». Dans un cas, le secteur Réseau régional d’IQ avait refusé à deux reprises un financement.

Précisons que, dans son rapport, la VG ne remet pas en doute la validité de ces aides. L’identité des entreprises visées n’a toutefois pas été dévoilée.

«Je regarde le constat de ce qui s’est passé durant la pandémie et je suis très content du gouvernement. Je pense que nous avons été très bons pour les entreprises», a affirmé M. Fitzgibbon.

Ce dernier dit avoir été consulté pour environ «25 dossiers» sur près de 10 000 qui ont été traités dans le cadre du programme PACTE. Il ne croit pas qu’il aurait été possible de «normaliser» tous les critères pour faire un prêt. Il dit avoir préféré offrir une flexibilité à Investissement Québec.

«Lorsqu’on regarde le nombre de fermetures d’entreprises au Québec par rapport à ce qu’on voyait avant la pandémie, nous sommes 34% inférieurs. Les programmes ont fonctionné», a vanté le ministre de l’Économie.

Plus de transparence

Mercredi, le Parti Québécois a réclamé au gouvernement Legault de divulguer le nom et les documents liés aux entreprises visées par la VG.

«Je trouve que c’est inacceptable que le ministre ait utilisé seulement son flair, finalement, pour donner du discrétionnaire à des entreprises, et je demande, en fait, qu’on ait accès à ces documents», a demandé la députée péquiste et critique en matière d’économie Méganne Perry Mélançon.

Du côté de Québec solidaire, la responsable en matière d’économie, Ruba Ghazal, s’inquiète de voir que certaines entreprises ont peut-être été privilégiées par rapport à d’autres.

«Je demande au ministre de faire preuve de transparence: à quelles entreprises il a donné ces énormes sommes d’argent et pourquoi? Il s’agit de l’argent public, pas de l’argent Monopoly», a-t-elle souligné.

– Avec la collaboration de Nicolas Lachance

À voir aussi