/finance
Navigation

Augmenter le salaire minimum pour freiner l'inflation

Coup d'oeil sur cet article

Augmenter les salaires des plus démunis est une solution pour contrer l’inflation, selon un chercheur de l’IRIS.

• À lire aussi: L’enjeu de l’économie était absent du discours du Trône

• À lire aussi: L’économie vulnérable à une hausse des taux d’intérêt, laisse entendre la Banque du Canada

Durant les derniers mois, le Canada a connu une augmentation du prix de plusieurs éléments jugés essentiels, comme l’essence, le loyer et la nourriture. Les aînés qui reçoivent un montant fixe sont directement touchés par cette inflation, puisque leurs revenus ne suivent pas cette hausse des prix.

«Les gens ont une moins grande capacité à interagir sur le revenu, ils ont moins de choix potentiels pour être capables de diminuer leur panier de consommation donc c’est effectivement les gens qui sont le plus touchés et cela représente beaucoup de retraités au Québec», explique le chercheur Bertrand Schepper.

Selon cet expert, le gouvernement du Québec peut aider les plus vulnérables dans les prochains mois.

«Demain [jeudi], on va avoir une mise à jour économique du gouvernement Legault, on peut s’attendre à des mesures qui vont essayer de diminuer les effets de l’inflation, mais le gouvernement peut quand même faire certaines choses: il peut aider le crédit social, on peut tenter d’augmenter un peu plus vite le salaire minimum», souligne le chercheur.

Ottawa doit également prêter main-forte à Québec. 

«Le gouvernement fédéral peut aussi agir, en juillet on devait augmenter les pensions de vieillesse de 75 ans, on peut s’attendre ou espérer que le gouvernement fédéral fasse cette annonce un peu plus vite.»

Augmenter les taux d’intérêt?

Selon ce chercheur, augmenter les taux d’intérêt pour tenter de ralentir l’inflation ne fonctionnerait pas.

«Le Canada n’a pas vraiment les moyens d’interagir sur cette crise d’inflation qui est due en grande partie par une rareté du pétrole, des importations de marchandises et de certains produits céréaliers donc même si l'on augmentait les taux d’intérêt dans un espoir de réduire l’inflation ça risque de ne pas fonctionner. En fait, il faut augmenter les revenus des plus démunis.»