/news/currentevents
Navigation

Dénoncé par son ex pour de la porno juvénile

L’homme possédait près de 100 000 fichiers

Coup d'oeil sur cet article

Un quadragénaire vient d’écoper de 3 ans de prison et avait en sa possession près de 100 000 fichiers de pornographie juvénile dans ses appareils électroniques quand il s’est fait dénoncer aux autorités par son ex-conjointe.

Pierre-Olivier Bourque, 43 ans, a pris le chemin du pénitencier après sa comparution au palais de justice de Saint-Jérôme.

Le juge Sylvain Lépine a acquiescé à la suggestion commune d’une peine de 36 mois d’emprisonnement de son avocat Me Justin Chagnon et de la procureure de la Couronne Estée P. Voukirakis.

Le résident de Sainte-Agathe-des-Monts avait plaidé coupable de possession et distribution de pornographie juvénile ainsi que de voyeurisme.

Les faits se sont produits entre le 7 mai 2015 et le 24 septembre 2019.

En août 2019, son ex-copine a alerté les autorités qu’il avait de la porno juvénile dans son cellulaire et son ordinateur, selon le résumé conjoint des faits. 

Elle a expliqué aux policiers qu’elle avait déjà fouillé dans le cellulaire de son copain en pleine nuit, car il avait refusé de le lui prêter pour qu’elle l’utilise.

Elle y avait alors découvert des centaines de photos de femmes dénudées, dont quelques-unes de fillettes et d’enfants nus sur une plage.

Des photos à la plage

La dame a aussi précisé que Bourque lui avait montré des photos qu’il avait prises à la plage, dont certaines de partie génitale de femme, et une vidéo de deux personnes en train d’avoir une relation sexuelle.

Selon elle, plusieurs nouveaux clichés s’étaient ajoutés dans le cellulaire de son conjoint entre ce moment et leur rupture, en mars 2019.

Lors d’une perquisition, les policiers ont trouvé environ 98 000 fichiers de pornographie juvénile et des images de voyeurisme. Il a été arrêté sur-le-champ.

À sa sortie de prison, Bourque devra se soumettre à une interdiction de se rendre dans un parc public, un terrain avec des jeunes, une garderie, une école, ou encore d’avoir un emploi relié aux jeunes ou d’utiliser un ordinateur pour une période de 10 ans.

Il possède également des antécédents de possession de substances en vue de trafic et de biens criminellement obtenus, au début des années 2000.

– Avec Christian Plouffe