/entertainment/movies
Navigation

«Resident Evil: Bienvenue à Raccoon City»: des zombies qui manquent de mordant

esident Evil: Welcome to Raccoon City
Photo courtoisie Robbie Amell dans une scène de Resident Evil: Welcome to Raccoon City.

Coup d'oeil sur cet article

Rendre justice à la saga vidéoludique Resident Evil semble tenir de l’impossible. Malgré toutes ses bonnes intentions, le cinéaste Johannes Roberts ne parvient qu’à livrer une adaptation cinématographique où les zombies ont perdu tout de leur mordant.

• À lire aussi: Cap vers Raccoon City

D’abord, les fleurs : Johannes Roberts a bien fait ses devoirs. Ça, ça saute aux yeux. Le cinéaste britannique est ainsi parvenu à recréer l’univers des jeux vidéo avec une minutie franchement impressionnante, transportant les cinéphiles à l’intérieur du manoir Spencer et du commissariat de Raccoon City, tous deux identiques à ceux que les joueurs ont connus. 

Mais une fois le plaisir de voir ces lieux mythiques prendre vie passé, que reste-t-il ? Pas grand-chose. Car à force de multiplier les clins d’œil aux fans de première heure, on perd ici de vue l’objectif principal d’un film d’horreur, soit susciter frissons et émotions fortes. 

Bref, aucune trace de l’effroi provoqué par les jeux originaux. Pire encore, les zombies de Bienvenue à Raccoon City s’avèrent mollassons et, avouons-le, un peu bâclés dans leur rendu visuel. 

Démarche prometteuse

Johannes Roberts avait pourtant une bonne idée de départ, soit celle de se coller le plus possible aux intrigues des deux premiers jeux de la série, lancés respectivement en 1996 et 1998. Mais en condensant tous ces événements en un film de moins de deux heures, il prend des raccourcis parfois douteux qui laisseront les aficionados dubitatifs. 

Même chose pour les personnages, qui sont ici pliés aux caprices du scénario au point d’être dénaturés. On peine, entre autres, à reconnaître le personnage de Leon S. Kennedy dans cette intrigue où il nous apparaît cabotin, gauche et timoré. 

Souhaitons que Johannes Roberts saura rectifier le tir pour une éventuelle suite... s’il en a l’occasion. Car ce Bienvenue à Raccoon City pourrait très bien signer l’arrêt de mort d’une potentielle saga cinématographique. 

Resident Evil : Bienvenue à Raccoon City ★★    

  • Un film de Johannes Roberts
    Avec Robbie Amell, Kaya Scodelario et Avan Jogia