/misc
Navigation

Les CHSLD ont été carrément oubliés

STOCKQMI-COVID-19
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le chat est finalement sorti du sac.

C’est confirmé. Les CHSLD n’étaient pas dans l’angle mort de la préparation (inadéquate faut-il le rappeler) du Québec à la pandémie, ils ont été carrément oubliés.

Ce n’est ni fin-janvier, ni en février qu’ils ont été alertés du fléau qui les menaçait. C’est le 12 mars, le jour même où on fermait les écoles et annulait la partie du Canadien.

On a pris les grands moyens pour protéger les enfants et les fans de hockey. Mais on n’a rien fait pour protéger les personnes les plus vulnérables de la société. La protectrice du citoyen n’a trouvé « aucune action concrète et spécifique de préparation des CHSLD sur le terrain avant la mi-mars 2020 ». 

RIEN avant la mi-mars. Quand le feu était déjà pris !

Pourquoi ? Et c’est là que le bât blesse : par manque d’expertise.

Le syndrome CNN

Le scénario à l’italienne aurait influencé les autorités à mettre tous leurs efforts du côté des hôpitaux. En effet, les images en boucle que diffusait CNN étaient terrifiantes.

Assez pour que nos experts omettent de remarquer qu’en Colombie-Britannique et dans l’État de Washington, c’est dans les centres de soins de longue durée que la vague frappait ? 

Les aînés vulnérables et en perte d’autonomie sont loin, très loin des préoccupations. Tellement loin que la protectrice du citoyen fait remarquer que les bonzes du MSSS ignoraient la complexité des soins et services à leur offrir ! Que voulez-vous, c’est « un milieu de vie ». 

Ils ne se sont même pas donné la peine d’inclure des mesures spécifiques aux CHSLD dans la mise à jour du fameux Plan de lutte contre une pandémie. Les vieux, ils ont toujours la grippe et la gastro de toute façon ! On comprend maintenant pourquoi. La protectrice du citoyen nous confirme que le personnel n’y était pas formé en contrôle et prévention des infections. 

Morale de l’histoire, l’expertise, la science, la prévention n’étaient pas en nombre suffisant pour contrebalancer l’effet CNN. 

Construire l’avion en plein vol

Les uns vont blâmer les fonctionnaires du ministère de la Santé, les autres les ministres Danielle McCann et Marguerite Blais. 

C’est un faux débat. Ça date de bien avant la pandémie que les aînés dans les CHSLD « ont été mis de côté », pour reprendre la formule de la protectrice du citoyen.

La négligence envers les CHSLD est tolérée par l’électorat. Au bout du compte, on vote en fonction de l’accès aux garderies, les baisses de taxes et d’impôts, et j’en passe. 

Les électeurs préféreront toujours ce qui touche leur vie quotidienne. Les aînés en CHSLD sont isolés. Socialement, politiquement. Difficile de voter quand on est atteint d’Alzheimer.

C’est ainsi que depuis des années, on se fait croire qu’un manger mou moins infect et deux bains par semaine suffisent.

François Legault a raison de rappeler que New York, Boston, l’Europe ont également vu leurs centres de soins de longue durée foudroyés par la pandémie.

Triste consolation.