/auto/opinion
Navigation

Les hauts et les bas du Salon de Los Angeles selon Antoine Joubert

Les hauts et les bas du Salon de Los Angeles selon Antoine Joubert

Coup d'oeil sur cet article

De passage à l’émission de Benoit Dutrizac sur QUB radio, le chroniqueur du Guide de l’auto Antoine Joubert a fait un retour sur le Salon de l’auto de Los Angeles. 

En introduction, Antoine mentionne qu'il s'agissait de sa première présence à un Salon de l'auto depuis presque deux ans, à cause de la pandémie de COVID-19. « J’avais l’impression que les Salons de l’auto ne reviendraient pas comme avant », commente-t-il.

Le chroniqueur remarque que la plupart des constructeurs traditionnels brillaient par leur absence ou ne dévoilaient tout simplement rien de nouveau. En effet, il ajoute que plusieurs manufacturiers comme Honda et Mazda, ou encore des emblèmes de luxe tels que BMW, Mercedes-Benz, Audi et Maserati n’étaient pas présents. 

Les fabricants américains étaient sur place, mais ils n’avaient rien à présenter, se désole Antoine. Malgré tout, il s’agit selon lui d’une année pivot. « Presque tout ce qui a été dévoilé est 100 % électrique », s’exclame le chroniqueur.

De nouvelles marques comme Fisker, qui révélait son VUS Ocean, ainsi que l’entreprise vietnamienne VinFast ont permis de rendre ce Salon de l'Auto post-pandémique fort intéressant.