/qubradio
Navigation

Intersections dangereuses: des municipalités dénoncent l’inertie du MTQ

Intersections dangereuses: des municipalités dénoncent l’inertie du MTQ
Photo Agence QMI, Mario Durieux

Coup d'oeil sur cet article

Des maires dénoncent l’inaction du ministère des Transports du Québec (MTQ) pour sécuriser des intersections à l’origine d’accidents mortels ou graves. 

• À lire aussi: Frappée mortellement à l’intersection qu’elle redoutait

• À lire aussi: Lanaudière: une femme perd la vie dans une embardée à Sainte-Marie-Salomé

C’est notamment le cas Pierre-Luc Bellerose, maire de Joliette, qui attend depuis sept ans que le MTQ sécurise l’intersection des rues Beaudry et Saint-Louis où circulent chaque jour 20 000 véhicules et où une femme de 78 ans a été happée mortellement le 16 novembre dernier.

«Depuis 2014 il y a eu quand même plusieurs résolutions qui ont été acheminées au ministère des Transports. La réponse était toujours la même: ‘’c’est pas prioritaire’’, a déploré M. Bellerose au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio, jeudi. Et là on ne parle pas de construire une bretelle, ou un échangeur, on parle d’installer tout simplement un feu qui octroie automatiquement une priorité. Malgré toutes les demandes, les requêtes, il n’y a jamais eu le moindre geste de la part du ministère et la on se retrouve avec un décès à cause de ça.»

Le maire de Joliette regrette que le MTQ attende qu’il y ait un décès pour agir, «c’est assez pathétique comme réponse».

«C’est une problématique qui dure depuis des années, et l’inertie du ministère doit être dénoncée publiquement», a-t-il ajouté.

«Comme si les fonctionnaires nous prenaient pour des épais»

Ce sentiment d’être laissé pour compte par le MTQ est également partagé par Gérard Jean, l’ancien maire de Lanoraie.

Exaspéré par le refus du ministère d’installer une traverse piétonnière à l’intersection du Chemin Joliette et de la rue Des Tilleuls, un dossier qui traînait depuis 2015, ce dernier s’est était lui-même chargé le 25 septembre dernier.

«Ce qu’on constate c’est que le ministère des Transports, tout ce qu’il cherche à nous démontrer, c’est pourquoi ils ne peuvent pas nous rendre ce service et répondre à nos besoins. Au lieu de s’acharner à trouver une solution, on s’acharne à nous expliquer pourquoi ils ne peuvent pas le faire», a indiqué celui qui s’est aujourd’hui retiré de la politique.

À voir aussi 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions