/opinion/columnists
Navigation

Jackie Smith, point de repère

Quebec
Photo Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Prônant des idées progressistes où la lutte aux changements climatiques et la justice sociale s’inscrivent en tête des priorités, Jackie Smith, seule élue de Transition Québec, se sent comme un « point de repère » qui attire les gens à l’hôtel de ville « dans la bonne direction ».

« Je vois que nos idées font des petits [...] On a un impact », constate Mme Smith, qui voit dans cette influence sa principale contribution d’élue. 

Fébrile, la nouvelle conseillère de Limoilou est satisfaite de voir que de plus en plus de gens, à l’hôtel de ville de Québec, expriment leur opposition envers le troisième lien et parlent de sécurité routière. Que le maire de Québec parle de tarification sociale pour le transport en commun. Et que le maire de Lévis parle désormais d’améliorer la circulation à vélo sur le pont de Québec.

« Même si ce n’est pas un changement de paradigme complet, c’est un pas dans la bonne direction », note l’élue, qui s’étonne de l’accueil tellement chaleureux que lui ont réservé ses collègues au conseil, depuis son élection. 

En plein tourbillon 

Depuis le 7 novembre, Jackie Smith et son équipe, tous des nouveaux venus en politique, vivent un véritable tourbillon.

Le parti se structure au gré des départs et des arrivées, a formé un cabinet fantôme et, grâce à un certain budget qui lui sera alloué, pourra embaucher. 

Soucieuse de faire de la politique autrement, la cheffe se fait un devoir de recruter des hommes et des femmes pour l’entourer et participer aux décisions.

Elle note d’ailleurs à ce sujet que le maire Marchand ne s’est entouré que d’hommes dans la formation de son cabinet. 

« Ça prend aussi des femmes dans les rôles où se prennent les décisions, il ne faut pas juste faire du cherry picking, ça prend une vraie représentation. »

La cheffe se réjouit d’avoir « attiré autant de talent durant la campagne », ce qui a permis selon elle au parti de s’imposer.

Elle note, par exemple, que la graphiste qui a conçu les magnifiques affiches colorées de son parti pour la campagne électorale est très demandée. 

Puis, dans son bureau, comme un rappel de ce qui lui a permis d’entrer à l’hôtel de ville, l’élue garde précieusement des photos de « l’armée de bénévoles crinqués » qui ont été à pied d’œuvre durant la campagne. 

Voix préservée

Seule élue de son parti, Jackie Smith aurait eu trop à perdre en siégeant au comité exécutif.

Elle a donc décliné l’offre du maire, afin de conserver son indépendance et sa voix.

« Il a eu un double discours, déplore-t-elle. Il disait vouloir être rassembleur, mais faisait du maraudage en exigeant que les élus siégeant comme membre entier deviennent indépendants. » 

En revanche, Mme Smith siégera au comité directeur du réseau structurant, au conseil d’administration du RTC, à la Commission d’ExpoCité et à l’Office municipal d’habitation.

Arbres et transport en commun

« On veut que ça avance, et il y aura des décisions difficiles à prendre, mais je serai là pour veiller sur la justice sociale et l’environnement », clame cette militante de longue date.

Elle entend notamment surveiller le dossier des arbres le long du tracé du tramway, et promouvoir la gratuité dans le transport en commun.