/finance/real-estate
Navigation

52% des maisons ont été vendues en surenchère à Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

De nouvelles données sur les ventes de maisons à Trois-Rivières prouvent la vigueur du marché, où la surenchère pour acquérir une propriété est devenue la nouvelle norme.

L’année 2021 a chamboulé le marché immobilier de Trois-Rivières. Cela s’est traduit par la course folle de ceux qui étaient prêts à payer davantage.

Les chiffres le confirment: le créneau de l'unifamiliale a été pris d'assaut par les acheteurs. Selon des données obtenues par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), 52% des maisons vendues entre janvier et octobre 2021 l’ont été en surenchère.

Pourtant, le nombre de ventes est sensiblement le même qu’à la même période en 2020, 807 contre 833. La portion vendue en surenchère, elle, a explosé.

L’an dernier, seulement 15% des unifamiliales avaient trouvé preneur de cette façon.

Un marché fou

Ce phénomène est bien visible pour le courtier immobilier Philippe Beaulieu-Boivin.

«On entend que ça va se calmer, mais pour l’instant, c’est encore le cas, surtout pour les propriétés entre 150 000 et 2 500 000$. J’ai vendu un jumelé il y a deux semaines et c’était fou! Nous avons eu une quarantaine de visites et 16 offres d’achat. Le prix final a augmenté de plusieurs milliers de dollars», dit-il.

Ce constat est partagé par Marc-Antoine Grenier, qui œuvre aussi comme courtier immobilier. «Le phénomène se propage à l’extérieur de Montréal. On voit des vendeurs heureux et des acheteurs un peu moins. Les bonnes propriétés partent comme des petits pains chauds», observe-t-il.

Le prix moyen, lui, continue son ascension. Il était de 262 306$ au troisième trimestre, en hausse de 33% par rapport à la même période en 2020.

Les condos ont aussi la cote, selon les chiffres de l’APCIQ. Un sur trois s'est vendu plus cher que le prix affiché alors que ça touchait seulement 10% des copropriétés en 2020.

Les plex ne sont pas en reste. Leur coût encore abordable attire les investisseurs de Montréal, selon M. Beaulieu-Boivin, et les ventes ont explosé dans cette catégorie. Pas moins de 299 immeubles à logements ont été vendus entre janvier et octobre 2021, soit 121 de plus qu’à pareille date l’an dernier. De plus, 27% des 299 immeubles ont trouvé preneur au plus offrant.

Ce phénomène nouveau est un casse-tête pour les acheteurs seuls, comme Sarah de Grandmont. Notre équipe l’a rencontrée pendant qu’elle visitait une propriété mise sur le marché cette semaine. Déjà, de nombreux acheteurs potentiels se succédaient. «J’ai un bon budget, mais je dois faire attention, car je suis seule. J’ai visité plusieurs maisons, mais le marché est fou. Je n’ai pas de mots. Je ne sais pas où je vais rester. C’est difficile!» exprime-t-elle.

Mises en chantier en hausse

La construction résidentielle a suivi la même tendance en 2021. Selon les prévisions de l'APCHQ, la grande région de Trois-Rivières terminera l'année avec une hausse de 36% des mises en chantier par rapport à 2020. Un sommet au Québec parmi les centres urbains.

Le carnet de commandes des entrepreneurs en construction, comme Tristan Duchesne de chez Construction Trembec, se remplit à vitesse grand V.

«C’est fou! On reçoit une vingtaine de demandes par semaine. Le marché de Trois-Rivières est en pleine expansion», commente-t-il.

Cette cadence devrait se poursuivre en 2022; l’APCHQ ne prévoit qu’une légère baisse de 6%. Là encore, la région fera mieux que dans le reste du Québec.

À voir aussi