/misc
Navigation

Des cibles et des soldes

Des cibles et des soldes
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Que valent nos cibles de réduction de gaz à effet de serre ?

Réponse : pas grand-chose 

On le savait déjà, mais il est utile de rappeler que les promesses se transforment généralement en vœux pieux que l’on renouvelle. 

Depuis 1990, le Canada a produit 9 plans de lutte aux changements climatiques et signé 4 accords internationaux. 

Le résultat des courses se résume en 20 % d’émissions de gaz à effet de serre supplémentaires en 30 ans. 

« Ils ont établi plusieurs cibles dans le passé, et on ne les a jamais atteintes. Et là, on repousse encore à 2030 une nouvelle cible qui va être encore plus difficile à atteindre. » 

Pas nouveau

Ce cinglant constat ne date pas d’hier. Il provient de la commissaire à l’environnement de l’époque... en 2017.

Les chiens de garde fédéraux à l’environnement et aux langues officielles doivent bien s’entendre. Chaque année, leur constat est le même. Beaucoup de paroles, peu d’actions concrètes qui donnent des résultats. 

L’action du gouvernement peut même parfois être contraire à ses ambitions. 

Prenez l’achat du pipeline Trans Mountain, qui, pour le commissaire, est un exemple flagrant « d’incohérence » et qui ne « cadre pas avec les engagements pris dans la lutte contre les changements climatiques ».

En nommant le militant écologiste Steven Guilbeault à l’environnement, le gouvernement Trudeau a voulu envoyer le signal que ces cibles valent plus que le papier sur lequel elles sont rédigées. 

Donnons la chance au coureur, mais disons que la côte est abrupte. 

On prévoit une hausse de près de 20 % de la production de pétrole des sables bitumineux au courant des deux prochaines décennies. Les technologies pour verdir cette industrie ne sont pas encore trouvées.

Il semble que nous soyons satisfaits d’attendre que le progrès nous sauve. 

Car les gouvernements ne sont pas les seuls à vivre de foi et d’espoir en des technologies moins polluantes pour nous transporter, nous loger, nous chauffer. 

Notre niveau de vie dépend en bonne partie de la vigueur de la consommation. Et puis bon, il faut bien profiter des soldes du Vendredi fou à l’approche de Noël !