/portemonnaie
Navigation

L’app Sauvegarde pour prévenir le gaspillage alimentaire: «Quand j’étais jeune, c’était inacceptable gaspiller»

 L’app Sauvegarde pour prévenir le gaspillage alimentaire: «Quand j’étais jeune, c’était inacceptable gaspiller»
Photomontage: Marilyne Houde / Photo: Johny Saliby (courtoisie)

Coup d'oeil sur cet article

Enfant, c’était impensable pour Johny Saliby, qui a grandi dans une famille du Moyen-Orient, de jeter des aliments encore comestibles. Face à l’ampleur du gaspillage alimentaire au pays, il a eu l’idée de lancer l’application Sauvegarde pour contrer ce fléau aussi néfaste pour l’économie que pour la planète.

• À lire aussi: J’ai économisé 500$ en magasinant mes assurances

• À lire aussi: Des entreprises écoresponsables dénoncent la pression de participer au Black Friday

Lancée le 1er septembre à Montréal, l’application Sauvegarde vise à lutter contre le gaspillage alimentaire, à réduire l’empreinte carbone et à limiter les pertes des entreprises.

«Quand j’étais jeune, on ne pouvait pas gaspiller la nourriture, ce n’était pas acceptable, confie Johny Saliby, en entrevue au 24 heures. J’ai eu l’idée de combattre le gaspillage alimentaire il y a plusieurs années parce que c’est l’un des moyens les plus faciles de lutter contre les changements climatiques.»

La motivation de l’entrepreneur s’est renouvelée l’année dernière, à la naissance de son premier enfant.

«L’arrivée de ma fille a beaucoup changé ma perspective et j’ai eu envie d’avoir un impact positif pour l’environnement et pour l’avenir de nos enfants.»

Plus de 100 entreprises participantes 

L’application permet aux détaillants participants – restaurants, boulangeries, épiceries – de vendre leurs surplus alimentaires aux particuliers à moindre coût. 

«C’est un modèle gagnant-gagnant. Ça limite les pertes de l’entreprise, ça permet aux consommateurs de faire des économies en achetant des aliments à prix réduit qui sont encore très bons et ça limite l’empreinte carbone d’un point de vue environnemental», explique Johny Saliby.

En plus des produits individuels, l’application offre l’option des «paniers surprise», qui rassemblent des produits périssables devant être liquidés, des aliments moches ou simplement des produits moins populaires au choix de l’entreprise.

L’inscription à Sauvegarde est gratuite, tant pour les particuliers que les entreprises. Une commission est prélevée sur les produits vendus pour couvrir les frais de transaction.

Une centaine d’entreprises sont inscrites à Sauvegarde, dont le lancement a eu lieu en septembre dernier. Pour le moment, le service est offert uniquement à Montréal et à Québec. L’entreprise souhaite toutefois étendre son offre à l’ensemble du Québec d’ici l’année prochaine et au reste du Canada d’ici quatre à cinq ans.

• À lire aussi: Pourquoi le boycott du Black Friday n'a jamais fonctionné

• À lire aussi: Une maison de 1910 rénovée et remplie d’antiquités, à vendre sur le Plateau à 1 350 000$

Le Canada, champion du gaspillage 

Chaque année, le gaspillage alimentaire au pays entraîne des pertes estimées à 31 milliards $, selon le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ).

Le plus triste là-dedans: 63% de la nourriture jetée par les Canadiens aurait pu être consommée, révèlent des recherches menées par le Conseil National Zéro Déchet, en 2017. Et tout ce gaspillage a un coût: 1100$ annuellemnet en moyenne par ménage. 

Mais les ménages ne sont pas les seuls à blâmer, puisque 53% des matières gaspillées proviennent directement de la vente au détail, de l’agriculture, de la restauration et de l’hôtellerie, entre autres industries. 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux