/news/coronavirus
Navigation

Variant Omicron: les interdictions de voyages visant l’Afrique du Sud «injustifiées», affirme un ministre

Coup d'oeil sur cet article

JOHANNESBURG, Afrique du Sud | La décision de nombreux pays vendredi d’interdire l’entrée sur leur territoire des voyageurs en provenance d’Afrique du Sud après la découverte dans ce pays d’un nouveau variant de la COVID-19 est «injustifiée», a regretté le ministre sud-africain de la Santé. 

• À lire aussi: Voici ce que l'on sait du variant Omicron

• À lire aussi: Entrée interdite au pays aux étrangers ayant séjourné dans le sud de l’Afrique

• À lire aussi: Classé «préoccupant» par l'OMS, le nouveau variant est baptisé Omicron

Les scientifiques ont annoncé la veille avoir détecté dans le pays d’Afrique australe une nouvelle forme de Covid-19, potentiellement très contagieuse et aux mutations multiples. L’efficacité des vaccins contre cette forme mutante baptisée Omicron par l’OMS est à l’étude. 

Au fil de la journée, l’Afrique du Sud s’est retrouvée de plus en plus isolée du reste du monde. De nombreux pays tels que la France ou les États-Unis ont annoncé suspendre les vols. L’Union européenne a recommandé de suspendre tous les voyages en provenance et à destination de l’Afrique du Sud et six pays voisins. 

«Certaines réactions sont injustifiées», a déclaré le ministre de la Santé sud-africain Joe Phaahla lors d’une conférence de presse dans la soirée. «Certains dirigeants cherchent des boucs émissaires pour résoudre un problème qui est mondial», a-t-il poursuivi évoquant une réaction de «panique».

La Grande-Bretagne a été la première à annoncer tard jeudi fermer ses frontières aux voyageurs venant d’Afrique du Sud. 

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa s’est entretenu vendredi avec le premier ministre Boris Johnson: «Ils ont discuté des défis posés à l’échelle mondiale par la nouvelle variante de la COVID-19, et des moyens de travailler ensemble pour faire face et rouvrir les voyages internationaux», a déclaré un porte-parole de Downing Street. 

Jamais un nouveau variant n’a provoqué autant d’inquiétude dans le monde depuis Delta.

De telles mesures «draconiennes», selon l’Afrique du Sud, qui impactent l’économie et le tourisme, pourraient dissuader les pays de signaler la découverte de prochains variants de peur de se retrouver sanctionnés.

«On est parfois puni pour avoir été transparent et fait les choses rapidement», a regretté à son tour le virologue Tulio de Oliveira qui, avec son équipe de l’institut de recherche KRISP, a détecté le variant.  

  • Écoutez la rencontre entre Philippe-Vincent Foisy, Antoine Robitaille et Benoit Dutrizac sur QUB radio :   

Selon M. de Oliveira, les interdictions de voyager n’ont «scientifiquement pas beaucoup de sens» dans la lutte contre le Covid. Le spécialiste a rappelé que les États-Unis avaient imposé une interdiction similaire à la Chine au début de la pandémie, avant de se retrouver avec le nombre le plus élevé d’infections.

L’OMS, qui a classé le variant «préoccupant», estime qu’il faudra quelques semaines pour comprendre son niveau de transmissibilité et de virulence, et a déconseillé à ce stade toute restriction de voyage.

Omicron, classé «préoccupant» par l’OMS, semble s’être déjà propagé, avec des cas détectés au Botswana voisin, mais aussi à Hong Kong, en Belgique et en Israël. 

L’Afrique du Sud est officiellement le pays africain le plus touché par la pandémie et connaît une hausse exponentielle des contaminations. Le pays compte jusque-là plus de 2,9 millions de cas et près de 89 800 morts.  

À voir aussi       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.