/news/consumer
Navigation

Vendredi fou: déjà des ruptures de stock

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs clients risquent d’avoir des surprises en ce jour de Vendredi fou, puisque des ruptures de stock ont déjà été observées dans certains magasins.

• À lire aussi: 3,6 millions de transactions avant midi au Canada

• À lire aussi: La chasse aux aubaines devient un marathon

«Les gens ont déjà commencé depuis lundi [à magasiner]. Je me suis promené [jeudi] chez deux, trois détaillants et c’était déjà la folie depuis lundi, où les gens arrivaient en magasin et demandaient s’ils pouvaient avoir les rabais tout de suite», a expliqué Philippe Richard Bertrand, cofondateur et associé chez Amplifio Stratégies.

De nombreuses personnes se sont ruées dans les magasins à Montréal pour le Vendredi fou.
Capture d'écran TVA Nouvelles
De nombreuses personnes se sont ruées dans les magasins à Montréal pour le Vendredi fou.

M. Bertrand prévoit tout de même qu’il y aura un nombre record de ventes, puisque les gens ont peur que les stocks se fassent rares d’ici Noël.

«Il manque déjà d’items. [Jeudi], je suis allé [magasiner] pour des skis et il y a beaucoup de grandeurs qui ne sont déjà plus disponibles. On parle de rabais de 35, 40 et 50 % dans certains cas, donc ça vaut vraiment la peine», a-t-il ajouté en entrevue à TVA Nouvelles.

Capture d'écran TVA Nouvelles

C’est particulièrement le magasinage en ligne qui sera populaire, selon Philippe Richard Bertrand.

«Aujourd’hui, l’achat en ligne est facile et il y a une panoplie de détaillants québécois qui sont présents en ligne», a-t-il expliqué, précisant que 80 % des acheteurs feront leurs achats sur le web vendredi.

Preuve que la journée risque d'être occupée, de minuit à 11 h 30, 3,6 millions transactions ont été effectuées dans le pays, selon Moneris.  

  • Écoutez la chronique de Jean-François Dumas, Président d'Influence communication au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Des clients bravent les éléments pour les rabais 

Des dizaines de personnes ont bravé la pluie vendredi à Montréal pour faire la file devant leur boutique préférée et profiter des aubaines du Vendredi fou.

Certains d’entre eux patientaient même depuis jeudi après-midi et ont passé la nuit à la belle étoile pour s’assurer de ne rien manquer.

«Je veux acheter mon ordinateur. J’ai même demandé à mon patron et il m’a dit que [je pouvais] venir ici parce que je travaille toujours à 9 h», a lancé un jeune homme rencontré par TVA Nouvelles, vendredi.

À certains endroits, comme chez Best Buy, l’engouement n’avait rien à voir aux cohues connues dans le passé, notamment parce que le commerçant a étendu ses rabais sur plusieurs jours, et ce depuis le début de la semaine. Les soldes se poursuivront aussi durant la fin de semaine dans certains commerces.

De nombreux consommateurs se tourneront plutôt vers le magasinage en ligne pour profiter des aubaines du vendredi fou. Selon Philippe Richard Bertrand, cofondateur et associé chez Amplifio Stratégies, huit personnes sur 10 feront leurs achats sur le web.

Capture d'écran TVA Nouvelles

Moins d’aubaines cette année

Ce Vendredi fou marque le début de la période de l’année la plus lucrative pour la plupart des commerçants, selon le spécialiste marketing Luc Dupont.

Il estime toutefois que les rabais ne seront pas aussi importants cette année que les précédentes.

«Malheureusement, cette année, probablement que vous n’aurez pas autant de rabais. Pourquoi? Parce que s’il y a moins de produits et autant de consommateurs, je peux me permettre de vendre les produits un peu plus chers», a expliqué l’expert en entrevue à TVA Nouvelles.

Les pénuries qui sévissent actuellement dans le monde font en sorte que plusieurs marchandises sont coincées dans les grands ports et n’arriveront pas sous le sapin à temps pour Noël.

«Les études ont démontré que cette semaine, et lundi spécifiquement, si vous voulez acheter un objet un petit peu plus cher, c’est aujourd’hui. Si vous voulez acheter des objets moins dispendieux, c’est plutôt lundi», a ajouté M. Dupont.

À VOIR AUSSI