/finance/business
Navigation

Cambli : l’Europe dans la mire

Cambli : l’Europe dans la mire
PHOTO COURTOISIE / Cambli

Coup d'oeil sur cet article

Le manufacturier québécois de véhicules tactiques blindés Cambli vise l’Europe pour assurer sa croissance. L’entreprise de Saint-Jean-sur-Richelieu analyse ses options afin de pénétrer ce marché dans un horizon de 18 à 24 mois. 

«On est en train de soulever toutes les roches pour pénétrer l’Europe, en commençant par la France qui sera notre porte d’entrée», explique Véronique Tougas, présidente de Cambli.

Malgré l’accord de libre-échange conclu entre le Canada et l’Europe, le protectionnisme commercial demeure néanmoins très présent, observe Mme Tougas. L’exportation de véhicules tactiques vers le Vieux continent lui semble très peu probable dans un avenir prévisible, mais un partenariat permettrait à l’entreprise de la Montérégie de contourner cette difficulté.

«Peut-être avec un compétiteur, peut-être avec une entreprise qui offre des produits connexes. On est dans l’analyse pour percer la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et l’Allemagne», analyse la femme d’affaires qui participait à la grande foire sur la sûreté et la sécurité des États, le Milipol, qui se tenait à Paris du 19 au 22 octobre dernier.

Véronique Tougas
PHOTO COURTOISIE / Cambli
Véronique Tougas

D’ici son incursion en sol européen, Cambli prépare la reprise de production, prévue le printemps prochain. Le carnet de commandes se garnit peu à peu après les deux années de pause forcée, en raison de la pandémie de COVID-19.

«Nos clients n’ont pas acheté depuis longtemps, signale Véronique Tougas. Notre crainte, c’est que lorsque ça va reprendre, que ça reprenne trop vite, au-delà de ce qu’on est en mesure de fournir.»

Cambli doit donc augmenter sa capacité de production si elle veut profiter de la reprise du marché nord-américain et concrétiser sa conquête de l’Europe. Ici encore, quelques options s’imposent dans la stratégie de Véronique Tougas.

«Ça passe, entre autres, par la robotisation, le recrutement et la rétention du personnel, mais aussi par la possibilité de faire fabriquer une partie de nos composantes à faible valeur ajoutée à l’étranger», explique l’entrepeneure dont la priorité immédiate demeure de conserver ses 120 employés clés d’ici la reprise de la production, quelque part en février.

Coup d’oeil sur l’entreprise :

Nom : Cambli

Siège social : Saint-Jean-sur-Richelieu

Année de fondation : début des années 1950

Spécialités : véhicules blindés pour le transport de valeur et véhicules tactiques blindés

Chiffre d’affaires : 25 à 30 millions $ par année

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.