/opinion/columnists
Navigation

Un autre variant: coudonc, ça ne finira jamais?

Centre Armand-Frappier Santé Biotechnologie
Photo d'archives, Institut national de la recherche scientifique

Coup d'oeil sur cet article

Savez-vous quel est mon fantasme, ces temps-ci ?

Je suis comme Sigourney Weaver dans la suite de Alien : je découvre le nid du maudit coronavirus et je le passe au lance-flammes. 

« Tin, toé, mon tab**** ! »

Après, on vide le stock mondial de champagne, et tout l’monde tout nu. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

UN VARIANT BIEN DE CHEZ NOUS !

Coudonc, ça ne finira jamais ?

Quand c’est pas le variant indien ou brésilien, c’est le variant sud-africain...

Allons-nous passer tous les pays ? Si oui, attachez votre tuque, il y en a 193 qui sont reconnus par l’ONU. 

Sans compter plus de 200 autres, dont la Transnistrie, le Haut-Karabakh et l’Abkhazie. 

Qui sait ? Un jour, on aura peut-être notre variant.

Imaginez... Le variant de la Beauce ! Ça serait cool, non ?

« Aujourd’hui, le président de la République du Botswana a décidé d’interdire tous les vols provenant de la Beauce. »

Enfin ! On va être sur la map ! Merci, Maxime !

NE PAS JUGER LES NON-VACCINÉS

Je ris, mais c’est pour ne pas me rouler en boule et pleurer.

Je ne peux pas croire que certains pays ferment à nouveau leurs frontières.

Juste comme on pouvait enfin chanter Livin’ On a Prayer au karaoké, en postillonnant à qui mieux mieux. 

Dans certains pays, on reconfine.

Vous vous imaginez, vous, retourner dans votre salon à temps plein ? À faire du pain ? 

La première fois, c’était cool : « Regardez, j’ai fait mon pain, lala lère ! »

On se prenait pour Ricardo parce qu’on n’avait pas mis le feu en faisant cuire de la farine d’épeautre. 

Mais si on reconfine, c’est moi qui vais aller coucher dans le four. 

Vous me direz qu’il ne faut pas s’énerver. Que le variant sud-africain est surtout présent... en Afrique du Sud. 

Mais ça voyage vite, ces bibittes-là. On venait tout juste de découvrir ce nouveau variant qu’on l’avait déjà détecté en Belgique. 

Gracieuseté – quelle surprise ! – d’un voyageur non vacciné.

Et après, on nous dit qu’il faut faire preuve de compassion envers les non-vaccinés. Ne pas les juger.

Oh, je ne les juge pas ! 

Je veux juste les enfermer dans un entrepôt jusqu’à la fin de la pandémie, avec des haut-parleurs qui diffusent des discours de François Amalega 24 heures sur 24. 

ON EST CAPABLE !

Mais, bon, ne déprimons pas.

Vous avez vu le film avec Matt Damon, qui se passait sur Mars ?

Un astronaute est malencontreusement oublié sur la planète Mars par son équipe. Quand il se rend compte qu’il est tout seul sur la planète rouge, cet astronaute dit : « I’m gonna have to science the shit out of this ».

Qu’on a traduit, dans la version française, par : « Il va falloir que j’en chie, de la science... » 

C’est la science qui va nous sortir de ce merdier, et rien d’autre.

Cette semaine, on a appris que des chercheurs ont pu créer de la peau humaine avec une imprimante 3D, et que la NASA a envoyé une fusée dans l’espace afin de dévier la trajectoire d’un astéroïde situé à 11 millions de kilomètres de la Terre. 

On est rendu là, les amis.

Ce n’est quand même pas un virus qui va nous faire suer !