/news/coronavirus
Navigation

Un variant qui inquiète pour le temps des Fêtes en famille

Les deux premiers cas d’Omicron au Canada ont été détectés chez nos voisins ontariens

Coup d'oeil sur cet article

À l’approche du temps des Fêtes, le nouveau variant Omicron qui s’étend rapidement sur la planète crée beaucoup d’incertitude chez ceux qui espèrent profiter enfin d’un Noël avec leur famille qui habite à l’étranger. 

• À lire aussi: Le variant Omicron se répand sur la planète

• À lire aussi: Variant Omicron: l'Afrique du Sud et l'OMS réclament des frontières ouvertes

« Je comprends les normes sanitaires, mais ça va faire quatre ans que je n’ai pas vu ma famille. Ça commence à être très très long. Il y en a qui ont une santé fragile. Ça se peut que je ne les voie plus », a déploré dimanche la Longueuilloise Delphine Vanhalle. 

D’origine belge, la femme de 39 ans qui habite au Québec avec sa conjointe espère pouvoir rentrer dans son pays natal pour serrer ceux qu’elle avait l’habitude de voir « maximum aux deux ans ».

Son voyage prévu à l’été 2020 n’a cessé d’être repoussé depuis. Elle a perdu sa grand-maman quelques mois plus tard. 

« Si ce n’était pour la famille, je ne voyagerais pas. C’est très anxiogène », soupire la femme au téléphone. 

Delphine Vanhalle (à gauche) et sa conjointe, Geneviève Lapointe, espèrent aller en Belgique.
Photo courtoisie
Delphine Vanhalle (à gauche) et sa conjointe, Geneviève Lapointe, espèrent aller en Belgique.

Depuis vendredi, plusieurs pays ont annoncé un resserrement des règles sanitaires en raison du nouveau variant de la COVID-19 plus contagieux et possiblement plus résistant, signalé pour la première fois en Afrique du Sud. 

Le Canada a aussi confirmé dimanche ses premiers cas à Ottawa, deux voyageurs en provenance du Nigeria.   

  • Écoutez l’entrevue de Sophie Durocher avec Nancy Delagrave, coordonnatrice scientifique du collectif COVID-STOP sur QUB radio :

Ottawa a suspendu vendredi l’entrée au Canada de voyageurs de sept pays africains au moins jusqu’au 31 janvier.

« Impuissants et désespérés »

Cette annonce crée beaucoup d’incertitude chez ceux qui prévoyaient retrouver enfin les leurs pour le temps des Fêtes. 

Le Sud-Africain François de Villiers, 36 ans, a pour sa part vu ses plans tomber à l’eau avec la fermeture des frontières entre le Canada et l’Afrique du Sud. 

Il avait dépensé plusieurs milliers de dollars pour faire venir ses parents au Québec, qu’il n’a pas vus depuis trois ans, dès que leur visa le permettrait. 

L’aéroport international Ben-Gourion à l’est de Tel-Aviv sera bien tranquille, car Israël a fermé depuis dimanche ses frontières aux étrangers à cause du variant Omicron.
Photo AFP
L’aéroport international Ben-Gourion à l’est de Tel-Aviv sera bien tranquille, car Israël a fermé depuis dimanche ses frontières aux étrangers à cause du variant Omicron.

« Je trouve insensé que le gouvernement puisse simplement claquer des doigts et empêcher des pays entiers de voyager. Les gens doivent être complètement vaccinés et avoir un test négatif pour voyager. Cela n’a aucun sens et nous nous sentons juste impuissants et désespérés », explique-t-il. 

– Avec l’AFP

Les ministres de la Santé du G7, dont Jean-Yves Duclos, se réuniront en urgence à Londres lundi à propos du nouveau variant Omicron.

Pas de panique, plus de vigilance, selon des experts  

Même si le nouveau variant Omicron a été détecté dimanche à Ottawa, des experts d’ici estiment qu’il faut demeurer vigilant sans pour autant refermer les frontières.

« Si on remet des mesures, peut-être que ça nous permettrait de repousser un peu la date où ce variant circulera librement dans la province [...]. Je croise les doigts pour qu’on ait des Fêtes qui ont du sens, mais ça demeure carrément imprévisible », croit Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal.

Dimanche, le Maroc notamment, a complètement fermé ses frontières pour deux semaines. 

« Pour le variant Delta, on avait beau faire ce qu’on voulait, il est entré », a expliqué dimanche Benoît Barbeau, virologue et professeur au Département des sciences biologiques de l’UQAM. 

« Les gens transitent par d’autres pays. Pour pouvoir réussir [à isoler le Canada], il faudrait être en complète autarcie », a soulevé Mme Borgès Da Silva. 

Discriminatoire

Le président de l’Afrique du Sud a dénoncé dimanche ces fermetures de frontières « discriminatoires » qui pourraient dissuader les pays de signaler la découverte de prochains variants, de peur de se retrouver sanctionnés à leur tour.

Ainsi, c’est plutôt en demeurant vigilant et en continuant de porter le masque adéquatement qu’on pourra contrôler la propagation du variant, croient les deux experts. 

« Ça ne fait que nous rappeler que la pandémie n’est pas finie. Des variants, il va y en avoir d’autres », a conclu M. Barbeau. 

À VOIR AUSSI  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres