/lifestyle/family
Navigation

Kimo et Kamik: les deux chiens nordiques d’Anne Fournier

Kimo et Kamik
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Ce sont deux frères. Des chiens croisés malamutes et husky. Kamik est grand et mince comme une échalote. Il a un œil bleu et l’autre brun. Kimo est plus coffré. Il a les deux yeux bleus. Ils sont inséparables, toujours au grand air et heureux d’être en pleine nature avec leur maîtresse, Anne Fournier.

1. Quelle est la raison qui vous a poussée à avoir ces chiens chez vous ?

Quand je me suis installée en Haute-Mauricie, il y a plus de 20 ans, j’ai commencé à faire du traîneau à chiens. J’aime faire du traîneau dans les bois, mais aussi soigner mes chiens, apprendre à connaître leur personnalité et faire de la randonnée avec eux. J’ai donc eu ma propre équipe de chiens nordiques pendant longtemps. J’en ai eu 14 en tout. J’ai eu Kimo et Kamik il y a 10 ans. Quand je suis allée chercher Kamik et que j’ai pris ce chiot dans mes bras, Kimo a mis ses pattes sur moi et a pleuré. Le plan de départ était que je ne prenne qu’un seul chien, mais je suis revenue à la maison avec les deux. Ce sont deux frères de la même portée, un mélange de husky et de malamute. Ce sont mes plus grands chiens, forts et robustes. Faits pour tirer, ils étaient attelés juste devant le traîneau. Ce sont mes deux derniers chiens. Les autres sont décédés avec les années et je ne les ai pas remplacés.

2. Pourquoi avoir choisi ces noms ?

Ce sont des noms qui se ressemblent puisqu’ils sont frères et qui font très « chiens nordiques ».

3. Êtes-vous plus chat ou chien, et pourquoi ?

Définitivement chien. Il y a toujours eu des chiens dans ma vie. Je ne vivrais pas sans eux. J’ai besoin de leur énergie, de leur bonne humeur, de leur présence. 

4. Comment décrire en quelques phrases la personnalité de vos animaux ?

Ce sont des chiens joyeux, toujours de bonne humeur et qui ont beaucoup d’énergie. Kamik est un peu dépendant affectif. Il me regarde tout le temps quand on se promène. Il ne prend jamais les biscuits que je lui offre si je ne le flatte pas avant. Kimo, lui, est un goinfre. Il prend tous les biscuits ! Il est aussi un peu plus anxieux. Rien de maladif, mais il est quand même un peu plus craintif envers les humains. Ils sont inséparables. Ils couchent toujours ensemble, dans la même grande niche double et bien isolée, et ce, même s’ils ont l’embarras du choix maintenant qu’ils ne sont que deux dans leur grand enclos accolé à la maison.

5. Racontez-nous un fait cocasse concernant vos chiens.

L’été quand il fait chaud, je leur donne de grandes chaudières d’eau. Pour se rafraîchir, Kamik met ses pattes avant dans la chaudière et Kimo, lui, plonge toute sa tête dedans en faisant des bulles. Ils sont plutôt rigolos !

6. Racontez-nous un de leurs mauvais coups.

Ce n’est pas vraiment un mauvais coup, mais ils m’ont donné du fil à retordre quand on a essayé de prendre une photo de moi avec eux pour Le Journal. Quand je dis « assis », Kimo et Kamik sont habitués à s’asseoir bien droits en face de moi et me regarder. Alors, mission presque impossible pour prendre une photo avec tout le monde regardant la caméra !

7. En quoi vos animaux peuvent-ils être une source d’inspiration pour vous ?

Dans mon livre, j’ai écrit l’histoire de Mahikan, une louve. Je me suis inspirée de mes relations avec mes chiens et de mon vécu avec eux pour Mahikan.

8. Tel maître, tel chien ?

Kimo me ressemble un peu. C’est un bon vivant, un chien tout doux, plein d’amour et tendre, même s’il est un peu plus indépendant.

9. Quelle est leur activité préférée ? 

Faire une balade en traîneau dans le bois. Ils adoraient cela. Quand je sortais le harnais, ils devenaient fous ! Sinon, maintenant, ils aiment venir marcher avec moi.

À propos d’Anne Fournier

Avocate de profession et photographe naturaliste, elle est maintenant auteure d’un premier livre intitulé Mahikan à la croisée des chemins, aux éditions La Roupile.