/sports/others
Navigation

Antoine Cyr se surprend depuis le début de la saison

Le jeune fondeur a confirmé son statut de meilleur fondeur canadien

SPO-SKI-CYR
Photo courtoisie, Nordiq Le fondeur québécois Antoine Cyr pendant la compétition à Ruka cette fin de semaine.

Coup d'oeil sur cet article

S’il avait confiance de percer le top 20 afin de répondre aux critères de présélection de Nordiq Canada, Antoine Cyr a dépassé ses attentes en fin de semaine à Ruka, en Finlande.

Le fondeur de 23 ans a signé des 11e et 12e positions au 15 km classique et au 15 km poursuite en style libre pour confirmer qu’il est le meilleur fondeur canadien et surtout assurer sa place aux Jeux olympiques de Pékin.

« Avec une 21e place l’an dernier, j’étais convaincu de percer le top 20 cette année, mais me retrouver dans le top 12 dépasse mes attentes », a avoué Cyr, que nous avons joint à Lillehammer en prévision de la prochaine étape de la Coupe du monde, qui se déroulera du 3 au 5 décembre. « Je ne pensais pas obtenir d’aussi bons résultats aussitôt dans la saison. » 

« Je croyais en mes chances en classique parce que le parcours avec des montées convient à mon profil de skieur, mais je suis néanmoins surpris, de poursuivre le fondeur de l’Outaouais. Le classique a toujours été une de mes forces et la neige froide m’a favorisé. Comme je le disais avant mon départ pour l’Europe, les étoiles doivent s’aligner. »

« Avec ce gros bang dès la première Coupe du monde, nous avons démontré à Nordiq Canada que nous ne sommes pas là pour niaiser, a-t-il illustré. Les opportunités de compétitionner sur la scène internationale ont été rares au cours des dernières années. Ça fait longtemps qu’on n’avait pas vu trois Canadiens dans le top 30 d’une épreuve de Coupe du monde. »

Rêve éveillé

Cyr a servi un coup de chapeau à l’équipe du Centre national d’entraînement Pierre Harvey (CNEPH), où il a passé l’été à besogner fort. 

« Le ski de fond est un sport individuel, mais c’est tellement important de miser sur un groupe d’entraînement uni. Un gros merci au CNEPH et à tous les spécialistes qui nous entourent. C’est le fruit de nos efforts et j’espère continuer d’être dans les points [top 30]. »

Âgé de seulement 20 ans, Olivier Léveillé a fait écarquiller les yeux à bien du monde avec sa 17e position, dimanche. Ce résultat lui permet de prendre une très sérieuse option sur un billet pour Pékin. 

« C’est difficile à réaliser que je suis bien placé pour Pékin, a-t-il reconnu. Je pensais aux Jeux olympiques cet été lors des journées plus difficiles, mais je n’aurais jamais pensé que je serais aussi près du but en ce moment. C’était incroyable de terminer en 30e place, samedi, et encore plus incroyable de terminer en 17e position le lendemain. »

En plus de prendre une sérieuse option pour se qualifier pour Pékin, le fondeur de Sherbrooke a assuré sa sélection au mondial U-23 et au sein de l’équipe nationale pour la prochaine saison ainsi que le financement qui l’accompagne. 

« Ça enlève un gros poids sur les épaules, a-t-il imagé. C’est difficile de faire le saut entre le junior et le senior. C’est comme passer de la LHJMQ à la LNH, et j’ai confirmé que j’avais ma place dans le peloton. Je me suis amusé, j’ai donné mon maximum et j’ai skié comme un pro comme me l’avait conseillé mon entraîneur au CNEPH Louis Bouchard. »