/news/currentevents
Navigation

Condamné plus de 40 ans plus tard: il avait forcé une ado à lui faire une fellation

Bernard Turgeon, un ancien huissier, a écopé d'une peine de 23 mois de détention pour avoir forcé une jeune fille, au printemps 1978, à lui faire une fellation.
Photo tirée de Facebook Bernard Turgeon, un ancien huissier, a écopé d'une peine de 23 mois de détention pour avoir forcé une jeune fille, au printemps 1978, à lui faire une fellation.

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien huissier reconnu coupable d’avoir forcé, il y a plus de quarante ans, une jeune adolescente à lui faire une fellation alors qu’il devait la reconduire chez elle a écopé d’une peine de 23 mois de détention.

Au printemps de l’année 1978, la jeune gardienne de 15 ans s’est rendue à une vingtaine de reprises chez Bernard Turgeon, aujourd’hui âgé de 68 ans, pour prendre soin du bébé de ce dernier.  

De façon habituelle, elle commençait son service à 19h30 et le terminait vers une heure du matin.  

Cependant, le soir des événements, alors que la jeune adolescente sentait que «quelque chose n’allait pas» entre Turgeon et sa conjointe, son «quart de travail» a pris des allures de cauchemar lorsque l’accusé est revenu «plus tôt que prévu» à la maison.  

Fellation forcée

«Il a pris sa douche et il s’est assis en robe de chambre, les jambes écartées, dans le fauteuil du salon. La jeune fille, mal à l’aise, attendait que la conjointe revienne pour se faire accompagner chez elle, comme à l’habitude, par l’accusé», a noté le juge René de la Sablonnière dans sa décision.  

En chemin, Turgeon s’est arrêté dans deux établissements licenciés. L’adolescente avait peur et elle craignait qu’il «la tue ou qu’il la jette dans le fleuve».  

Puis, alors qu’ils se trouvaient en basse-ville, il a glissé sa main à l’arrière du cou de la jeune fille, il a serré «très fort», puis il l'a forcée à lui faire une fellation.  

«Il a éjaculé presque aussitôt. Elle a voulu se relever et il lui a rabaissé la tête en la maintenant par le cou en disant: «Arrête, les bœufs». Un véhicule de police est passé en sens contraire [...] puis, il l’a laissée se relever et est allé la reconduire chez elle», a ajouté le président du Tribunal. 

Si la jeune fille a choisi de se taire durant de nombreuses années, c’est parce qu’elle «ne voulait pas briser une famille» et faire en sorte que «l’enfant du couple se retrouve orphelin de père».  

Conséquences néfastes

Un choix qui a coûté très cher à la jeune femme, qui a été hantée pendant de très nombreuses années.  

Elle a eu de nombreuses idées suicidaires, elle s’est désintéressée de ses études et elle s’est mise à boire de l’alcool. Elle avait des difficultés à entrer en relation et elle a fait le même cauchemar pendant plus de trente ans. 

Bien qu’elle vive, encore aujourd’hui, avec de nombreuses craintes, elle a dit souhaiter que l’accusé «reçoive de l’aide pour éviter que d’autres n’aient à vivre toute la douleur qu’elle a vécue».  

En plus de la peine, Turgeon devra respecter une période de probation au sortir de prison et s’enregistrer au registre des délinquants sexuels pour une période de dix ans.