/world/usa
Navigation

États-Unis: le variant Omicron pourrait peser sur l'économie et l'inflation

États-Unis: le variant Omicron pourrait peser sur l'économie et l'inflation
AFP

Coup d'oeil sur cet article

WASHINGTON | Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, a estimé que «la récente augmentation des cas de COVID-19 et l’émergence du variant Omicron posent des risques à la baisse pour l’emploi et l’activité économique et accroissent l’incertitude quant à l’inflation». 

• À lire aussi: Concurrence numérique: réunis à Londres, les régulateurs du G7 discutent de solutions

• À lire aussi: Un premier cas du variant Omicron détecté au Québec

• À lire aussi: COVID-19: 756 nouveaux cas et deux décès supplémentaires au Québec

En effet, «de plus grandes inquiétudes concernant le virus pourraient réduire la volonté des gens de travailler en personne», selon le discours que prononcera Jerome Powell mardi matin devant la commission bancaire du Sénat, et qui a été publié lundi.

Cela «pourrait ralentir les progrès sur le marché du travail et intensifier les perturbations de la chaîne d’approvisionnement», a-t-il ajouté.

Le nouveau variant Omicron de la COVID-19, qui a poussé de nombreux pays à prendre de nouvelles mesures de restriction de voyages, fait naître des craintes pour la reprise économique mondiale.

Le président de la Fed, que Joe Biden vient de renommer pour un second mandat, a également jugé «difficile de prévoir la persistance et les effets des contraintes d’offre, mais il apparaît désormais que les facteurs qui poussent l’inflation à la hausse persisteront largement l’année prochaine».

Cependant, il a souligné que «la plupart des prévisionnistes, y compris à la Fed, continuent de s’attendre à une baisse significative de l’inflation au cours de l’année prochaine, à mesure que les déséquilibres de l’offre et de la demande s’atténueront».

L’inflation s’est accélérée en octobre aux États-Unis, et s’est établie à 5 % sur un an, son niveau le plus fort depuis 1990, selon l’indice PCE du département du Commerce.

Jerome Powell avait assuré, lundi dernier lors de son discours à la Maison-Blanche après l’annonce de sa nomination, que la Fed agirait pour que l’inflation ne «s’enracine pas».

Joe Biden a reçu lundi des poids lourds de la distribution aux États-Unis comme le géant Walmart. Ils ont assuré que la situation s’améliorait sur le front des problèmes d’approvisionnement constatés depuis l’été aux États-Unis.

Jerome Powell et la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, seront auditionnés conjointement, mardi et mercredi devant la commission bancaire du Sénat et celle des services financiers de la Chambre des représentants dans le cadre du suivi des plans de relances.

Le patron de la Fed devra également être auditionné, concernant sa nomination, par le Sénat qui doit le confirmer dans son poste.

À VOIR AUSSI...