/news/coronavirus
Navigation

Omicron: pas de panique, dit le président Joe Biden

Omicron: pas de panique, dit le président Joe Biden
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bonne nouvelle pour les snowbirds canadiens, les États-Unis n’envisagent pas de nouvelles restrictions aux frontières à ce stade, même si le variant Omicron se répand comme une traînée de poudre dans le monde, y compris chez nous.

• À lire aussi: Londres convoque une réunion des ministres de la Santé du G7 pour s'attaquer au variant Omicron

• À lire aussi: Pfizer a déjà commencé à travailler sur une version du vaccin anti-COVID contre Omicron

• À lire aussi: Omicron: des symptômes étonnamment très différents du variant Delta

« Ce variant est une raison de se préoccuper, mais pas une raison de paniquer », a déclaré le président américain Joe Biden lundi, soulignant que nous disposons maintenant de plus d’outils que jamais pour lutter contre le coronavirus.

Les États-Unis ont rapidement suivi le Canada et l’Union européenne qui ont fermé leurs frontières aux sept pays de l’Afrique australe vendredi. 

  • Écoutez le chroniqueur de politique internationale Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Pour le président Biden, il s’agit d’une mesure qui permet de gagner du temps et d’accélérer l’opération de vaccination d’ici l’arrivée du variant « tôt ou tard ».

Pour le moment, les États-Unis n’ont détecté aucun cas. Mais, après l’Afrique du Sud, le Botswana, Hong Kong et Israël, Omicron a déjà fait surface en Australie, en Allemagne et dans plusieurs pays européens, dont l’Autriche, le Royaume-Uni, et l’Espagne.

En Ontario et au Québec

Chez nous, en plus des deux cas rapportés à Ottawa dimanche et un autre à Montréal lundi, deux autres personnes potentiellement contaminées font l’objet d’une enquête à Hamilton, près de Toronto.

« Je ne serais pas surpris que l’on trouve d’autres cas en Ontario », a indiqué lundi le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr Kieran Moore qui a réclamé que plus de voyageurs soient testés à l’arrivée.

Le président Biden, lui, a balayé du revers de la main la possibilité de resserrer les mesures sanitaires.

S’appuyant sur le conseiller de la Maison-Blanche concernant la crise sanitaire, le Dr Anthony Fauci, il a répété que la meilleure protection reste la vaccination et le masque.

Symptômes légers

En parallèle, la Dre Angelique Coetzee, présidente de l’Association médicale sud-africaine, s’est elle aussi montrée rassurante.

Elle a indiqué lundi que les patients atteints de ce variant qu’elle et ses collègues ont traités présentaient des symptômes « extrêmement légers ».

« Pour nous, ce sont des cas bénins », a-t-elle déclaré à la BBC en énumérant la fatigue, les maux de tête et une sensation de grattage dans la gorge comme principaux symptômes observés dans son pays depuis la mi-novembre.

À voir aussi      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.