/news/society
Navigation

Petite enfance: une campagne publicitaire de la CSQ pour défendre ses revendications

FD-MANIFESTATION CPE
Photo Agence QMI, René Leclerc

Coup d'oeil sur cet article

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a annoncé lundi le lancement d’une campagne publicitaire pour interpeller le premier ministre François Legault sur les propos qu’il a tenus sur la revalorisation salariale dans les centres de la petite enfance.

• À lire aussi: Menace d’une grève illimitée dès la semaine prochaine

• À lire aussi: Des parents sont épuisés par les grèves en CPE

François Legault avait réitéré vendredi la responsabilité du gouvernement de garder une «certaine équité» dans la rémunération des employés qui font presque le même travail dans des secteurs différents.

«Le gros bon sens nous dit: c’est pas mal réglé du côté des éducatrices, puis les employés de support, il faut qu’ils aient des salaires comparables aux autres employés de support des autres réseaux», avait-il soutenu.

La centrale syndicale qui compte diffuser son message durant les heures de grande écoute à la radio, sur le web et à compter de mercredi à la télévision, presse Québec de donner un mandat clair aux négociateurs si l’on veut éviter la grève générale illimitée.

«Avec cette déclaration, nous ne pouvons pas croire qu’on ne peut pas régler cette semaine. Ça nous semble être le gros bon sens», a réagi par communiqué le président de la CSQ, Éric Gingras.

De son côté, la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec, affiliée à la CSQ, rappelle avoir déposé une contre-proposition fin octobre revendiquant des augmentations de 14 % sur trois ans pour le personnel de soutien en CPE.

«Le gros bon sens nous démontre que notre proposition est extrêmement raisonnable. D’un côté, il y a un écart de 20 à 35 % sur une seule année avec le secteur public pour le personnel en soutien et de l’autre, nous demandons un rattrapage graduel sur trois ans de l’ordre d’environ 14 %», a mentionné la présidente de la FIPEQ-CSQ, Valérie Grenon.

«Le premier ministre doit s’impliquer pour dénouer l’impasse. Nous sommes disponibles pour conclure une entente rapidement et éviter des fermetures de services pour les parents», a-t-on ajouté.

À VOIR AUSSI