/sports/hockey/canadien
Navigation

Du changement dans les bureaux, mais pas sur la glace

Malgré un grand ménage, le CH s’incline contre les pauvres Canucks

Coup d'oeil sur cet article

Geoff Molson parlait d’un nouveau départ en matinée avec l’arrivée de Jeff Gorton et d’un futur directeur général. Après un minime échantillon d’un match, il n’y a toujours pas eu un coup de baguette magique avec cette équipe.

• À lire aussi: Un «début de saison inacceptable»

• À lire aussi: Un DG qui parle français : la priorité du PM

• À lire aussi: Grand ménage chez le Canadien: une gestion à deux têtes

Dans un duel entre deux des pires équipes de la LNH, le Canadien a trouvé une autre façon de perdre, lundi, s’inclinant 2 à 1 contre les Canucks de Vancouver. 

« Quand la rondelle tombe, tu penses au match, a dit Brendan Gallagher pour décrire l’ambiance dans le vestiaire avant la rencontre. J’ai déjà vécu des congédiements d’un entraîneur, une transaction d’un ami, mais je n’avais jamais expérimenté le départ de mon DG. On se doutait que c’était pour survenir. C’était un peu écrit dans le ciel, ce n’était pas un choc complet. Mais pour moi, c’était difficile. J’avais une grande confiance en Marc. Je travaillais avec lui depuis près de 10 ans. » 

Pour le CH, c’est la même histoire qui se répète. Encore une fois, les hommes de Dominique Ducharme n’ont pas réussi à coller une deuxième victoire d’affilée. 

Mais s’il y a un signe encourageant, le Tricolore n’a pas subi une varlope dans le match suivant une victoire. 

Il y a des réalités semblables aux deux extrémités du Canada. À Montréal, Molson a passé le grand coup de balai avec les congédiements de Marc Bergevin et de Trevor Timmins. À Vancouver, les partisans aimeraient également voir des têtes rouler. 

Durant l’échauffement, un partisan des Canucks a brandi une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Fire Benning ». 

Pour une traduction assez simple, on réclamait le congédiement de Jim Benning, le directeur général des Canucks depuis 2014-2015. 

Les Canucks (7-14-2) ont freiné une vilaine séquence de quatre revers en triomphant du CH. Avant de débarquer au Centre Bell, l’équipe de Bo Horvat avait signé une seule victoire à ses 10 dernières sorties (1-8-1). 

Mais il n’y a rien de mieux qu’un arrêt à Montréal pour revigorer une équipe en déroute. 

Demko athlétique

Il n’y avait rien de trop palpitant dans ce match. Mais Jake Allen et Thatcher Demko ont réalisé les plus beaux jeux avec de beaux arrêts. 

Demko a imité la technique de Martin Brodeur ou de Grant Fuhr en fin de troisième période face à Ben Chiarot. 

Il a levé les deux jambières vers le ciel pour bloquer un tir du gros défenseur. 

Sans cet arrêt spectaculaire, les spectateurs qui restaient toujours éveillés auraient eu droit à une prolongation. Demko a terminé la soirée avec 33 arrêts. 

Ce qu’on a remarqué...  

Une erreur coûteuse

Le CH a un don pour les revirements qui coulent l’équipe. En deuxième période, Josh Anderson a offert un cadeau au capitaine Bo Horvat en lui remettant la rondelle le long de la rampe. Une mauvaise communication avec Jeff Petry a mené à cette gaffe en fond de territoire. Les Canucks ont profité de cette bourde pour marquer leur deuxième but. Conor Garland a redirigé la passe de Horvat pour déjouer Jake Allen. 

Une complicité naissante ?

Jonathan Drouin se retrouvait à l’aile gauche avec Jake Evans et Brendan Gallagher. Il a toutefois fait de rares présences avec Ryan Poehling comme joueur de centre. En première période, le numéro 92 a servi une passe parfaite sur le quatrième but de la saison de l’Américain. En fin de deuxième période, Poehling a tenté de retourner l’ascenseur à Drouin en le repérant à l’embouchure du filet. Mais Thatcher Demko a réalisé l’arrêt. Dominique Ducharme a probablement pris des notes. Il y avait une belle complicité entre le 25 et le 92. 

Sami Niku sur la première vague

Le Canadien n’a pas marqué en deux supériorités numériques. Ducharme a fait confiance à Sami Niku à la pointe sur la première vague. Le Finlandais a terminé avec un temps de jeu de 3 min 7 s avec l’avantage d’un homme, comparativement à 53 secondes pour Petry. Oui, le numéro 26 connaît une saison horrible avec seulement deux passes, mais il a quand même récolté 40 points et plus à ses quatre saisons précédentes.

+
Jake Allen
Allen a gardé son équipe dans le match avec 40 arrêts À ses deux derniers départs, il a reçu un bombardement de 92 tirs Cest beaucoup de rondelles
-
Tyler Toffoli
Toffoli avait le numéro de son ancienne équipe lan dernier Ce nétait pas le cas hier soir Le numéro 73 na pas été menaçant, comme plusieurs autres attaquants du CH
2
1
Première période
1-Van: Elias Pettersson (4) (Hughes, Miller)AN-8:00
2-Mon: Ryan Poehling (4) (Drouin)18:39
Punitions: Suzuki (Mon) 7:48
Deuxième période
3-Van: Conor Garland (7) (Horvat)6:27
Punitions: Aucune
Troisième période
Aucun but
Punitions: Hoglander (Van) 0:38, Evans (Mon) 5:23, Burroughs (Van) 8:20
Tirs au but
Vancouver 12 - 21 - 9 - 42Montréal 12 - 11 - 11 - 34
Gardiens:
Van: Thatcher Demko (G, 7-10-1) Mon: Jake Allen (P, 5-10-1)
Avantages numériques:
Van: 1 en 2, Mon: 0 en 2
Arbitres:
Justin St-Pierre, Ghislain Hébert
Juges de lignes:
Michel Cormier, Jonathan Deschamps
ASSISTANCE:
20 478
Conor Garland
Jake Allen
★★
Jonathan Drouin
★★★

À VOIR AUSSI...