/lifestyle/columnists
Navigation

Comment forcer un homme à consulter?

Coup d'oeil sur cet article

Ma fille a le don de mal choisir ses conjoints. Rendue à 45 ans et mère de deux enfants de pères différents qui se sont évaporés dans le paysa-ge, elle est depuis deux ans avec un type qui peut se transformer en furie en se tournant sur un dix cennes. J’ai toujours trouvé qu’il manquait de délicatesse avec elle et qu’il était brusque avec les enfants. Quand je le disais à ma fille, elle argu-mentait que c’était son éducation qui l’avait rendu ainsi, mais que dans le fond, c’était un tendre.

La pandémie est arrivée et on s’est vus pas mal moins souvent. Mais maintenant que notre vie sociale a repris et qu’on se fréquente régulièrement, je constate qu’il exerce un pouvoir démesuré sur les deux garçons de ma fille qui semblent tout le temps marcher les fesses serrées en sa présence. Comme s’ils craignaient tout le temps de se faire rabrouer. 

Ma fille elle-même admet qu’elle craint un peu ses sautes d’humeur. Mais comme elle n’a pas retrouvé d’emploi qui lui permettrait de faire vivre sa petite famille, que c’est grâce à lui qu’elle réussit à boucler ses semaines, elle préfère endurer. Du moins, c’est ce qu’elle m’a dit en fin de semaine quand je fus témoin malgré moi de la colère de son conjoint.

Il n’a jamais frappé personne, me jure-t-elle, mais quand il monte sur ses grands chevaux, laissez-moi vous dire que ça fait peur. Et je l’ai bien vu que les enfants en ont peur. Je n’ai pas les moyens financiers de dire à ma fille de partir, que je vais l’aider à survivre, alors je me tais. Mais moi aussi, je crains la suite. Je suis rentrée chez moi dimanche soir en me disant qu’il fallait que je fasse quelque chose.

C’est pourquoi j’ai décidé de vous écrire pour avoir votre avis : comment on fait pour forcer un homme à consulter pour calmer sa bouilloire intérieure avant qu’il pose un geste de trop ? Ça n’a pas de bon sens de terroriser toute une maisonnée comme ça, vous ne trouvez pas ?

Grand-mère inquiète

On ne peut forcer quiconque à consulter, même avec les meilleures intentions du monde. Cet homme doit prendre conscience de ses débordements par lui-même avant que puisse cheminer dans sa tête l’idée même qu’il devrait modifier son attitude. L’important pour le moment est de rester proche de votre fille pour la conscientiser sur ce qu’elle ne devrait pas accepter de la part de l’homme qui partage sa vie. Vous pourriez également lui fournir les coordonnées de SOS violence conjugale, un orga-nisme où elle pourrait se renseigner sur les meilleures pratiques à adopter avec ce genre d’homme :
sosviolenceconjugale.ca 1 800 363-9010 (24 h/7 j), et qui pourrait l’aider en cas de besoin.

On ne peut rien faire à la place des autres. Vous pouvez juste renseigner votre fille sur les dérives que peut engendrer l’acceptation d’un tel comportement et sur les conséquences néfastes que ça peut avoir sur ses enfants à long terme.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.