/entertainment/movies
Navigation

Des avancées, mais du progrès à faire

Coup d'oeil sur cet article

Même si les mesures mises en place par la SODEC et Téléfilm Canada pour favoriser la parité hommes-femmes commencent à porter leurs fruits, les réalisatrices sont encore sous-représentées dans le milieu du cinéma québécois, révèle une étude dévoilée mardi par le regroupement Réalisatrices Équitables.

Dans ce rapport baptisé Qui filme qui ? Vers des représentations équilibrées devant et derrière la caméra, les chercheuses Anna Lupien, Anouk Bélanger et Francine Descarries, de l’UQAM, ont analysé la présence des hommes et des femmes – devant et derrière la caméra – dans l’ensemble des longs métrages de fiction québécois sortis en 2019. 

Tout en concédant qu’il y a eu de « grandes avancées » par rapport à 2011, dernière année où une étude de la même ampleur avait été réalisée au Québec, les chercheuses rappellent qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour que la parité soit atteinte.

« On est passé de 20 % des longs métrages de fiction réalisés par des femmes [en 2011] à 38 % en 2019. Oui, c’est une amélioration, mais à 38 %, on n’est pas encore dans la zone de parité », souligne Anouk Bélanger, en ajoutant que les budgets de production alloués aux réalisatrices ne sont pas encore comparables à ceux attribués aux hommes.

Plus de rôles féminins

L’augmentation du nombre de longs métrages réalisés par des femmes contribue aussi à améliorer la présence féminine à l’écran. Selon l’étude, les réalisatrices confient aux femmes 84 % des premiers rôles, tandis que les réalisateurs accordent 72 % des premiers rôles de leurs films à des hommes.

« Ce qu’on constate, c’est que les réalisatrices vont inclure davantage l’imaginaire des femmes, vont mettre en scène plus de premiers rôles féminins et vont orchestrer des distributions plus équilibrées, indique Anna Lupien. Ce sont aussi de bonnes raisons pour poursuivre le travail afin qu’il y ait plus de parité derrière la caméra. » 

Faits marquants

  • En 2011, les réalisatrices signaient seulement 7 des 35 longs métrages de fiction réalisés en 2011, soit 20 %. En 2019, elles ont réalisé 15 des 39 films (38 %) sortis cette année-là.
  • En 2019, les réalisatrices ont obtenu, en moyenne, environ 1,7 M$ de moins que les hommes pour réaliser leurs films. Elles disposent en moyenne d’un budget de 2 717 667 $, soit 63 % du budget moyen de 4 432 750 $ accordé à leurs confrères masculins.
  • Dans les films des réalisateurs sortis en 2019, les femmes demeurent sous-représentées, n’y étant présentes qu’à 42 %. En 2011, elles constituaient 41 % des têtes d’affiche imaginées par les réalisateurs. 

Source : Réalisatrices Équitables

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.