/world/europe
Navigation

La Russie accuse l'Ukraine et les Occidentaux de menacer sa sécurité

Le président russe Vladimir Poutine
Photo AFP Le président russe Vladimir Poutine

Coup d'oeil sur cet article

La Russie a accusé mardi l’Ukraine et les Occidentaux de menacer sa sécurité et souligné qu’il y avait des « lignes rouges » à ne pas franchir, en plein pic de tensions autour de l’Ukraine qui dit craindre une invasion russe.

• À lire aussi: Washington veut renforcer sa posture militaire face à la Chine et la Russie

S’exprimant lors d’un forum d’investisseurs, le président russe Vladimir Poutine a évoqué la question des troupes russes déployées à la frontière ukrainienne qui suscitent une vive inquiétude à l’Ouest.

Interrogé sur les intentions de Moscou, M. Poutine a assuré qu’il « ne s’agit pas d’intervenir ou non, de mener ou non des combats. Il s’agit de raccommoder les liens » avec Kiev, au plus bas depuis 2014, a-t-dit.

« Si nous nous efforçons sincèrement d’y parvenir, alors personne ne se sentira menacé », a poursuivi le président russe.

Ces propos interviennent alors que l’Ukraine a appelé lundi ses alliés occidentaux à « agir » vite pour dissuader la Russie de toute invasion, une intention dont le Kremlin se défend.

La Russie reproche pour sa part aux Occidentaux et à l’OTAN de mener des exercices militaires près de ses frontières et à Kiev de vouloir se doter d’armements occidentaux. 

Le pic de tensions actuel entre Moscou et Kiev rappelle une crise précédente en avril, lorsque la Russie a déployé des dizaines de milliers de soldats aux frontières ukrainiennes pour des « exercices militaires » en réponse à des activités « menaçantes » de l’OTAN.

Après des semaines de tensions, Moscou avait finalement rappelé ses troupes.

Plus catégorique que M. Poutine, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a dénoncé mardi la « menace directe » que représente l’Ukraine.

« Nous ne pouvons pas exclure que le régime de Kiev puisse se lancer dans une aventure militaire », a jugé M. Lavrov lors d’une conférence de presse.

« Si l’Occident n’est pas capable de dissuader l’Ukraine, mais s’il essaye au contraire de l’encourager, alors nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer notre sécurité », a-t-il souligné.

La Russie et l’Ukraine sont à couteaux tirés depuis l’arrivée de pro-occidentaux au pouvoir à Kiev en 2014, suivie par l’annexion de la Crimée et un conflit dans l’Est entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses.

À VOIR AUSSI