/news/society
Navigation

Une autre cause de décès pour la fillette?

Une consultante en pathologie témoigne en défense

Coup d'oeil sur cet article

La fillette de Granby serait décédée parce que le ruban adhésif entourant son corps l’empêchait de respirer et lui donnait trop chaud, est venue témoigner une experte en défense.

« C’est un décès qui survient après plusieurs heures. [...] La pose de tous les rubans a été contributive, c’est cumulatif », a indiqué, mercredi, Anny Sauvageau, consultante en pathologie judiciaire.

Capture d'écran, TVA Nouvelles

Le procès de la belle-mère a repris après plus d’une semaine de suspension, un délai qui était « nécessaire » a assuré, mercredi, le juge Louis Dionne aux membres du jury.

La femme de 38 ans est accusée du meurtre non prémédité et de la séquestration de l’enfant, qui avait sept ans lors des événements. 

Mme Sauvageau est venue contredire la pathologiste Caroline Tanguay qui avait, pour la poursuite, témoigné des résultats de son autopsie sur le corps de la fillette. 

Mme Tanguay avait estimé que la fillette était décédée par suffocation à cause du ruban adhésif qui obstruait son nez et sa bouche, « dans les circonstances » dont elle avait été informée par les policiers, avait affirmé l’experte. 

Capture d'écran, TVA Nouvelles

« Nuances de désaccords »

Si Anny Sauvageau était d’accord sur plusieurs points avancés par la Dre Tanguay, elle a toutefois voulu mettre de l’avant des « nuances de désaccords ». 

L’experte en défense a estimé qu’il était possible, mais « improbable » que la jeune fille soit décédée en raison du ruban adhésif qui a été apposé sur son nez et sur sa bouche, notamment parce que ça entraîne un décès entre trois et 10 minutes. 

« Il aurait fallu que ça obstrue complètement, soutient Mme Sauvageau. Il aurait fallu prendre le soin de bien lisser le long de la bouche et du nez. »

Ce rouleau de ruban adhésif avait été retrouvé dans la résidence où est survenu le drame de la fillette de Granby.
Photo déposée en preuve
Ce rouleau de ruban adhésif avait été retrouvé dans la résidence où est survenu le drame de la fillette de Granby.

Combinaison de causes

Selon elle, le ruban adhésif aurait pu laisser des sortes de « bulles d’air » permettant tout de même à l’enfant de respirer. 

La consultante en pathologie judiciaire penche davantage pour dire que la cause du décès est une combinaison entre une « hyperthermie par enveloppement corporel » et une « asphyxie mécanique », ce qui avait été écarté par la Dre Caroline Tanguay.

Elle a expliqué au jury que les nombreuses couches de ruban ont nécessairement fait monter la température corporelle de l’enfant, citant, notamment, le « mur de chaleur » ressenti par les premiers secours. 

La compression a aussi fini, à la longue, par empêcher le mouvement nécessaire pour une respiration adéquate par l’enfant, a-t-elle précisé. 

Mais, d’une façon ou d’une autre, la fillette est morte en raison du ruban adhésif, a conclu la consultante en pathologie judiciaire. 


Le contre-interrogatoire d’Anny Sauvageau doit s’amorcer jeudi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.