/finance/business
Navigation

[PHOTOS] Tablettes vides et retard dans les livraisons à la SAQ

La société d’État peine à se remettre de la grève des employés d’entrepôt

SAQ Grève
Photo courtoisie Les succursales de la SAQ se remettent très doucement des effets de la grève des employés d’entrepôt.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les tablettes vides sont bien visibles dans les succursales de la SAQ, la société d’État a averti les restaurateurs, hier, qu’elle a aussi pris du retard dans certaines de leurs commandes.

• À lire aussi: Pénurie des stocks: la SAQ tente de rassurer sa clientèle

• À lire aussi: Entente de principe pour les employés de la SAQ

• À lire aussi: «Produit du Québec», vraiment?

« Nous accusons des retards au niveau de la préparation, du timbrage et de la livraison des commandes de produits en importations privées, et ce, particulièrement pour les restaurateurs dans la région de Québec », explique la SAQ dans un courriel envoyé à ses « partenaires d’affaires ». 

  • Écoutez La Rencontre Daoust-Martineau avec Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio :

Quelques jours après la fin de la grève des 800 employés d’entrepôt, il n’en fallait pas plus pour fâcher Éric Luksenberg, propriétaire de Chez Éric, un restaurant de 300 places à Brossard, près de Montréal. 

« On reçoit des messages sans arrêt, ils essaient de nous endormir en nous disant que ça va de mieux en mieux, mais c’est faux, c’est une catastrophe », lance-t-il. 

La grève a causé bien des soucis aux restaurateurs qui, comme les particuliers, se butent à des pénuries de produits dans les deux succursales qui leur sont dédiées à Montréal. 

On voit ici les tablettes vides d’une succursale de la rue Laurier, à Montréal.
Photo courtoisie
On voit ici les tablettes vides d’une succursale de la rue Laurier, à Montréal.

« Démoralisant »

« Les tablettes sont vides. C’est démoralisant », plaide Éric Luksenberg, pour qui ce problème s’ajoute à celui du manque d’employés. 

Et ce n’est pas beaucoup mieux avec le système de livraison, qui reprend non sans heurts.

« Ils livrent un petit peu, mais ils livrent n’importe quoi », dit le restaurateur, qui fait 50 % de son chiffre d’affaires grâce à la vente d’alcool.

« Un mois de décembre normal, on fait peut-être 250 000 $, on va perdre 100 000 $, », avance-t-il.

« C’est la fin de notre industrie. Le Québec va se retrouver avec juste des vendeurs de hot dogs, si les livreurs de saucisses ne se mettent pas en grève », rigole-t-il.

On voit ici les tablettes vides d’une succursale située sur la rue Ontario.
Photo courtoisie
On voit ici les tablettes vides d’une succursale située sur la rue Ontario.

À la société d’État, on répond que les priorités sont « de rétablir les inventaires en succursale et sur SAQ.com et d’assurer le réapprovisionnement des restaurateurs ». 

« Nous sommes à déployer une série de mesures afin d’éviter que la reprise de leurs activités soit fragilisée », indique le porte-parole Yann Langlais-Plante.

C’est ce que constate aussi Francis Martin, membre du CA d’A3 Québec, dont les agences membres comptent pour 97 % des ventes à la SAQ. 

« Il y a des impacts, on ne peut pas le nier. Il y a des délais dans les livraisons aux restaurateurs. Mais de ce qu’on voit, des efforts sont réellement déployés par la SAQ pour remédier à la situation », dit-il. 

Il ajoute que les « 10 derniers jours ont été très compliqués et que ça va encore durer quelques jours ».

« Ça reprend progressivement et on a bon espoir qu’on aura repris une erre d’aller d’ici peu », conclut-il.

— Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée