/investigations/justice
Navigation

Vol de données chez Desjardins: le suspect aurait caché une clé USB

La Fédération des caisses croit que son employé a voulu la tromper

Sébastien Boulanger-Dorval
Photo courtoisie Desjardins croit que la clé USB remise par son employé Sébastien Boulanger-Dorval n’était pas celle qui a servi à copier les données confidentielles volées.

Coup d'oeil sur cet article

Le suspect du méga-vol de données personnelles de 9,7 millions de clients de Desjardins aurait tenté de berner son employeur, qui lui avait demandé de rapporter son ordinateur et une clé USB ayant servi à commettre le méfait.

• À lire aussi: Desjardins: des fichiers effacés par le suspect du vol de données

• À lire aussi: Chaque client victime du vol chez Desjardins valait 1,50$

Le 24 mai 2019, la Fédération des caisses Desjardins a découvert que son employé Sébastien Boulanger-Dorval s’était « approprié de façon illégale des informations hautement confidentielles », peut-on lire dans des documents judiciaires rendus publics hier.

Desjardins a alors appelé le suspect, qui s’est empressé, vers 15 h le jour même, de transférer sur une clé USB les données volées qu’il avait dans un premier temps téléchargées sur son ordinateur portable de travail.

« Suite à la demande de Desjardins de remettre son ordinateur portable et la clé USB sur laquelle les fichiers avaient été téléchargés et alors qu’il travaillait de la maison, Boulanger a effacé plusieurs fichiers de son ordinateur et a remis à Desjardins une clé USB autre que celle où il avait transféré les quarante (40) fichiers confidentiels », expose Desjardins dans les documents rédigés à l’époque, que nous avons pu consulter.

« Dissimuler toute trace »

La clé USB remise par Boulanger-Dorval le soir même « ne contenait rien », selon Desjardins, qui estime que le comportement de son employé « démontre clairement qu’il voulait dissimuler toute trace de son méfait ».

Un juge a alors donné à Desjardins en urgence l’autorisation exceptionnelle de se rendre au domicile de Boulanger-Dorval pour saisir du matériel informatique.

L’opération, menée deux jours plus tard, n’a toutefois pas permis de retracer la fameuse clé USB utilisée pour transférer les renseignements volés, indiquent les documents.

Sébastien Boulanger Dorval, qui a été congédié, avait accès dans le cadre de son travail à certaines données confidentielles, qu’il pouvait utiliser « pour identifier des membres qui pourraient être intéressés par certains produits de Desjardins ».

Il fait depuis deux ans et demi l’objet d’une enquête criminelle de la Sûreté du Québec en lien avec le vol de données, mais n’a toujours pas été accusé à ce jour.

À voir aussi