/news/politics
Navigation

Coups de feu mortels à Montréal: plus de 50 millions $ seront investis en prévention

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, en fera l’annonce dimanche à Montréal

Coups de feu mortels à Montréal: plus de 50 millions $ seront investis en prévention
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Attristée par le décès par balle d’un autre jeune homme à Montréal, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, promet d’en faire davantage en matière de prévention de la criminalité. À cet effet, un plan de plus de 50 millions $ sera annoncé ce dimanche.

• À lire aussi: Mamadou Kalilou Barry: accusé d'agressions sexuelles sur 2 filles de 15 ans

• À lire aussi: 32e homicide: un homme de 20 ans tué par balle à Montréal

Réagissant à la mort d’un jeune de 20 ans survenue après que des coups de feu eurent retenti dans un quartier résidentiel de l’arrondissement d'Anjou, jeudi soir, Mme Guilbault a d’abord tenu à offrir ses condoléances à la famille et aux proches de la victime. «C'est si triste», a commenté la ministre de la Sécurité publique.  

Mme Guilbault a assuré que le gouvernement et ses partenaires étaient «très actifs» dans la lutte contre la montée de la violence à Montréal. 

La vice-première ministre a rappelé que, à cette fin, des montants ont été réservés dans la mise à jour économique et budgétaire dévoilée la semaine dernière. 

Mieux outiller

Outre les 103,5 millions $ déjà annoncés pour déployer l’opération Centaure, un montant de 46,4 millions $ dans le minibudget a notamment été établi «pour augmenter les efforts en prévention de la criminalité». 

Une source bien au fait du dossier signale toutefois que le montant du plan qui sera présenté dimanche sera un peu plus important. 

«Il faut donner des outils à ceux qui travaillent de près avec ces jeunes qui sont à risque de devenir des criminels», a expliqué Mme Guilbault. 

Il reste que les effets de ce plan de prévention ne seront pas immédiats. «La prévention, ce n'est pas demain matin, c'est sur le moyen long terme», a-t-elle signalé. 

«C'est important de lutter aussi contre les fléaux qui sont l'origine du problème, c'est-à-dire les inégalités sociales et cette nécessité d'aider nos jeunes en amont», a insisté la ministre, qui s’attend à ce que le gouvernement fédéral apporte sa contribution également. 

D'ailleurs, elle en a profité pour souligner qu’elle était toujours en attente d’une rencontre avec son homologue fédéral, Marco Mendicino, avec qui elle a eu l’occasion d’échanger brièvement au cours de la journée. 

«Ça n’a pas de bon sens»

«On lutte vraiment très fort contre ce crime mal organisé», a fait valoir à son tour la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau. 

Les gangs de rue, constate-t-elle, s’attaquent «impunément aux gens». «Ce n'est pas le chaos, [mais] c'est une situation qui est très préoccupante», a poursuivi Mme Rouleau. 

«Ça n'a pas de bon sens», a déploré la députée de Pointe-aux-Trembles. 

«Il faut vraiment se battre contre ça», s’est limité à dire, pour sa part, le premier ministre François Legault. 

À voir aussi