/opinion/columnists
Navigation

La scandaleuse relation entre le Canada et la Chine

Capture d'écran
Capture d’écran, TVA Nouvelles La marque chinoire Huawei s’affiche partout dans le monde, comme dans ce cas lors du Mobile World Congress à Barcelone, en Espagne, en 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Le documentaire qui sera présenté ce soir par J.E sur la Chine est impitoyable : les dirigeants canadiens savent depuis des années que plusieurs compagnies chinoises établies au Canada constituent une menace grave pour la sécurité du pays. Et pourtant, non seulement nos dirigeants ne font rien, mais en plus ils favorisent l’expansion de ces compagnies chinoises au Canada.

Naïveté extrême ? Incompétence crasse ? Appât du gain ? Trahison ? Choisissez votre explication. Ce qui est certain est que le problème posé par la compagnie Huawei illustre très bien les dangers que la Chine fait courir au Canada.

Huawei est une compagnie qui a réussi à prospérer, entre autres parce qu’elle a très probablement volé de la technologie de la compagnie canadienne Nortel. Nortel qui a eu la naïveté de croire que Huawei jouait franc-jeu.

Le gouvernement chinois clame à qui veut l’entendre qu’il ne contrôle pas la compagnie Huawei. C’est vrai. Mais le Parti communiste chinois (PCC), lui, a placé Huawei sous son contrôle.

Contrôle communiste

Ce contrôle du PCC s’effectue grâce à des membres du Parti qui sont placés aux postes clefs de l’entreprise. Non seulement au sein du conseil d’administration, mais également à tous les niveaux de direction. Le PCC contrôle de la même manière toutes les organisations chinoises, publiques ou privées, qui ont la moindre importance.

Et les membres du Parti peuvent se livrer à des activités d’espionnage si le PCC le leur demande. Pire, les lois chinoises obligent tous citoyens chinois à faire de l’espionnage pour la Chine, si le gouvernement le leur demande.

Dans ces conditions, les compagnies non chinoises qui font affaire avec Huawei le font à leurs risques et périls.

Pourquoi hésiter ?

Toutes ces informations sont bien connues de ceux qui s’intéressent à la politique chinoise.

Mais alors, si ces informations sont connues, pourquoi le gouvernement de Justin Trudeau hésite-t-il encore à rompre les relations entre le Canada et Huawei ?

La réponse pourrait se trouver dans les accointances entre certains hauts dirigeants politiques, tant libéraux que conservateurs, et des compagnies canadiennes prestigieuses qui ont beaucoup investi en Chine. Mais ces gens oublient que les intérêts du Canada surpassent les intérêts individuels de ces compagnies.

Pas d’espoir de changement

Jusqu’à récemment, il était encore possible d’espérer que le gouvernement chinois change d’attitude. Mais la consolidation du pouvoir de Xi Jinping a brisé tout espoir de changement à court ou à moyen terme. 

En revanche, plus le Canada resserrera ses liens avec la Chine, plus Pékin sera capable de faire plier Ottawa dans toutes sortes de domaines.

Restreindre au maximum les relations avec la Chine et donc empêcher Huawei de prendre le marché de la 5G au Canada fera mal. Mais moins mal que les mesures que la Chine imposera au Canada dans quelques années, si nos relations s’approfondissent et que l’emprise de la Chine grandit.

Il est plus que temps de bouter Huawei et d’autres entreprises chinoises hors du Canada. En fait, il est scandaleux que la décision du gouvernement Trudeau sur Huawei traîne autant.


J.E revient ce soir sur l’arrivée de Huawei au Canada et l’influence de ce géant chinois.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.