/finance/news
Navigation

Un artiste perd tout après son accident

Depressed sad man thinking over financial problems and debts. Businessman broke, needing money, having unpaid loan.
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à récemment, Pierre-Antoine gagnait bien sa vie. Cet artiste pouvait en effet cumuler des contrats allant jusqu’à 150 000 $ par an. Mais un grave accident de voiture est venu brouiller les cartes.

Après son accident, Pierre-Antoine est confronté à des problèmes de motricité et de mémoire qui l’empêchent de travailler. Il ne peut compter que sur les indemnités de la SAAQ, soit 40 000 $ annuellement, et commence à utiliser ses cartes de crédit pour pouvoir faire face à ses dépenses courantes.

Le cinquantenaire réussit à faire réparer son camion Ford accidenté grâce à son assurance automobile. Il espère pouvoir le vendre, liquider son prêt-auto et ne conserver que son autre véhicule, un petit VUS moins coûteux. Il ne parvient toutefois pas à atteindre son but, et doit donc assumer deux paiements de prêt-auto qui pèsent lourd sur son budget.

Plusieurs commerçants de son village ont accepté de lui faire crédit pour l’aider à traverser cette mauvaise passe. Mais les choses vont de mal en pis, il est de plus en plus endetté et la honte le pousse à s’isoler et à rester enfermé dans sa maison. Il réduit ses dépenses au maximum – forfait cellulaire, épicerie, câble, etc. – mais rien n’y fait. Désemparé et incapable de rembourser ce qu’il doit, il se décide à aller consulter un expert en insolvabilité.

Dettes insurmontables

Pierre-Antoine rencontre donc Alison Rouillier, conseillère en redressement financier chez Raymond Chabot. Celle-ci réalise un bilan de sa situation et constate qu’il doit près de 100 000 $ à divers créanciers, dont 78 000 $ uniquement en soldes de cartes de crédit. Or, ses revenus ont chuté drastiquement par rapport à la période où il pouvait encore travailler.

Avec à peine 2000 $ par mois et des dépenses mensuelles largement supérieures, il est clair qu’il faudra donner un bon coup de barre pour le remettre à flot. 

« Il doit absolument prendre une décision, car à cause des intérêts sur ses dettes, elles augmenteront constamment et il n’en viendra jamais à bout », constate Alison Rouillier.

Lors du premier rendez-vous avec son client, la conseillère a dressé une liste de tous les biens qu’il possède en indiquant leur valeur marchande, et une autre qui fait état de ses dettes. « Nous avons ensuite établi ses priorités, en l’occurrence conserver la voiture non accidentée et rendre l’autre au créancier », explique Alison Rouillier. 

Cela occasionne une perte pour ce dernier évaluée à environ 10 000 $, montant qui sera ajouté aux dettes de Pierre-Antoine.

Nouveau plan de match

« En tant que conseillère en redressement financier, mon rôle est d’établir un plan de match qui lui permettra de s’adapter à sa nouvelle réalité et surtout de mieux respirer », fait valoir Alison Rouillier. Pour y parvenir, elle lui propose deux options.

Tout d’abord la proposition de consommateur, qui consiste à offrir aux créanciers une somme moindre que ce qui leur est dû. Ce montant doit toutefois être suffisamment intéressant pour qu’ils acceptent la proposition malgré la perte d’une portion de leur créance.

Autre solution : la faillite. Elle permet d’effacer la totalité des dettes, mais pourrait aussi nécessiter que certains biens soient vendus par le syndic afin de rembourser partiellement les créanciers.

Pierre-Antoine a préféré choisir la proposition de consommateur, grâce à laquelle il pourra rembourser ses créanciers au prorata de ses revenus. Le paiement sera étalé sur une période de 60 mois.

Son dossier de crédit sera entaché et affichera la cote R-9, la pire, pendant toute la durée de la proposition, puis passera à la cote R-7 durant trois années supplémentaires. Toutefois, Pierre-Antoine est heureux de pouvoir enfin sortir de chez lui la tête haute, de retrouver son équilibre financier et de mettre un terme à l’anxiété qui le rongeait. 

Sa situation financière

ACTIFS

  • Camion Ford 2019 : valeur de 16 000 $
  • Hyundai Sante Fe 2016 : valeur de 9000 $

DETTES DE CONSOMMATION

  • Prêt-auto Hyundai : 7000 $
  • Carte de crédit : 78 000 $
  • Dettes envers des commerçants : 50 000 $
  • Perte du créancier après la remise du véhicule Ford : 10 000 $
  • TOTAL DES DETTES DE CONSOMMATION dont 93 000 $ en dettes non garanties : 100 000 $ 

REVENUS MENSUELS

  • Indemnités de la SAAQ : 2000 $

DÉPENSES MENSUELLES

  • (hypothèque, téléphone, électricité, prêt-auto Hyundai, assurances, épicerie, etc.) : 1930 $